Bon comportement des paramètres clés du système bancaire congolais

0

Dans une déclaration faite le vendredi 8 février à Kinshasa, à l’occasion de la traditionnelle cérémonie d’échange des vœux entre les agents de la Banque centrale du Congo (BCC) et l’Association congolaise des banques (ACB), le gouverneur de l’institut d’émission, Deogratias Mutombo, s’est félicité du bon comportement du système bancaire congolais en 2018. Pour le gouverneur de la BCC, « tous les paramètres du système bancaire congolais se sont bien comportés dans l’ensemble ».

Selon les statistiques fournies par le gouverneur de la BCC, la RDC compte au, 1er février 2019, 17 banques dont deux connaissent des « graves difficultés », en l’occurrence la banque internationale pour l’Afrique au Congo (BIAC), qui doit être « dissoute » et la Byblos Bank, restée « inactive » suite au retrait de son actionnaire majoritaire.

« Les indicateurs essentiels de l’activité bancaire explosent tous, selon les chiffres à fin décembre 2018, comparativement à 2017, des hausses à plusieurs égards : 30,6 % pour le total bilan qui a atteint USD 6 879,5 millions ; 28,7 % pour les dépôts collectés qui ont atteint usd 4 660,1 millions  et 44,5 % pour les crédits bruts à décaissement, évalués à usd 2 882,3 millions », a indiqué Deogratias Mutombo.

Et d’ajouter : « Les conditions d’exploitation des banques se sont avérées globalement satisfaisantes en 2018 comparativement à 2017 avec notamment : un résultat net de l’exercice positif de usd 79,28 millions, consécutivement à  la profitabilité affichée par 12 établissements ; une progression du Produit net Bancaire de 22,7 % s’établissant à usd 543,30 millions. »

Toutefois, le gouverneur de la BCC a relevé « un manque de maîtrise des charges de structure, expliquant ainsi le niveau demeuré élevé du coefficient net d’exploitation de 73,54 % à fin décembre 2018 contre 78,02 % à fin décembre 2017, alors que le seuil tolérable est de 60 % ».
La RDC a enregistré un taux de croissance économique de 4,1 %  en 2018 (sur base des éléments de production à fin septembre 2018) contre 3,7 % en 2017 et 2,4 % en 2016.

Selon les statistiques de la BCC, l’année 2018 a été également marquée par la stabilité des prix sur le marché des biens et services, le taux d’inflation ayant baissé de 54,7 % en 2017 à 7,2 % en 2018, à la faveur de la mise en œuvre des mesures de stabilisation par le gouvernement et la Banque centrale du Congo. Ce, dans un contexte éprouvant marqué par des tensions internes liées aux élections.

S’agissant d’autres indicateurs du cadre macroéconomique, le taux de change est resté relativement stable au cours de l’année 2018. Sur le marché interbancaire, le franc congolais n’a perdu que 2,7 % de sa valeur face au dollar contre une dépréciation de 23,7 % et 2017 et 23,9 % en 2016. Le taux de change est passé de CDF 1592 le dollar américain en 2017 à CDF 1635 au 31 décembre 2018. Les réserves de change étaient à 913 millions USD au 31 décembre 2018. En ce qui concerne les finances publiques, elles connaissent une « situation provisoire équilibrée ».

Pour rappel, la traditionnelle cérémonie d’échange des vœux entre la BCC et l’ACB a toujours été un moment pour la Banque centrale du Congo et les banques commerciales de la RDC de faire le point sur la situation économique et financière de l’année passée et d’esquisser les perspectives.

Source: http://www.mediacongo.net/

Laisser un commentaire