Biennale de Dakar : quatre questions à Zed Lebon

0

L’un des événements phares du rendez-vous culturel de Dakar est certainement le « Carrefour off » initié par la Fédération africaine sur l’art photographique. Zed Lebon, un talentueux photographe congolais, y participe. Nous avons eu l’occasion de le contacter et voici ce qu’il nous dévoile à ce propos.

Les Dépêches de Brazzaville (L.D.B.) : Vous faites partie des participants de la Biennale de Dakar 2018, quelle ambiance y règne-t-il ?

Zed Lebon (Z.L.) : C’est agréable et convivial, je passe un grand et bon moment de partage autour des ateliers et conférences. Je découvre beaucoup, j’apprends aux côtés des grands et je fais des rencontres historiques. J’ai eu la chance de rencontrer de grands photographes comme David Damoison ou encore Mamadou Gomis, deux grandes figures de la photographie en Afrique.

L.D.B. : Dans quel cadre intervient votre collaboration ?

Z.L. : J’expose dans le cadre de la Fédération africaine d’art photographique. Cette Fédération a pour mission de promouvoir la photographie d’art contemporain et faire asseoir une dynamique panafricaine de l’art visuel. Le projet d’exposition est intitulé « Carrefour de la biennale », il fait partie des expositions « Off » de cette manifestation.

L.D.B. : Combien de photographes professionnels participent à la rencontre ?

Z.L. : Quarante photographes professionnels issus des vingt-cinq pays membres de cette fédération. Il faut noter que c’est une première dans l’histoire de la biennale que des photographes d’Afrique et d’ailleurs exposent en « Off ».

L.D.B. : À combien d’expositions participez-vous ?

Z.L. : J’ai deux expositions au total, l’une avec la Fédération africaine d’art photographique et l’autre dans le cadre du projet « Esthétiques en partage au-delà des géographies » initié par les Ateliers Sahm. Ce projet regroupe les artistes du Congo, du Mali, de la République démocratique du Congo et du Cameroun.

 

Légendes et crédits photo : 

Zed Lebon posant devant le monument de la renaissance africaine

Source : http://www.adiac-congo.com/

Laisser un commentaire