BgfiBank : la Cobac met sous surveillance la filiale congolaise pour « problèmes de conformité »

0

La deuxième réunion entre le secrétariat général de la Commission bancaire de l’Afrique centrale (Cobac) et le collège des superviseurs de la BgfiBank, premier groupe bancaire de la zone Cemac, s’est tenue les 2 et 3 novembre 2017, à Libreville, au Gabon.

Selon le compte-rendu de Ouanzin Maurice Christian, secrétaire général adjoint (SGA) de la Cobac, les filiales du groupe présentent une « situation financière globalement satisfaisante ». « Pour ce qui concerne la situation prudentielle, 8 filiales présentent une situation satisfaisante alors que 5 autres affichent une situation moyenne à surveiller », a révélé Ouanzin Maurice Christian.

Avant d’ajouter: « certaines filiales bancaires du groupe laissent entrevoir une maîtrise insuffisante de certains risques, en liaison avec des cas de fraudes qui interpellent, du fait des complicités internes relevées. C’est le cas du piratage informatique que la filiale du Gabon a connu en février 2017, lequel a engendré une lourde perte, avec la constitution conséquente de provisions pour y faire face. Il en est de même de la filiale en République démocratique du Congo, confrontée, au cours de cette année, à des problèmes de conformité ».

Toujours selon le SGA de la Cobac, à l’aune de la nouvelle réglementation sur le contrôle interne, assise sur la supervision basée sur les risques, une mission ciblée sur la comptabilité et le système informatique vient de s’achever auprès de la filiale bancaire gabonaise, après la mission ciblée sur les engagements, intervenue à fin mars 2016.

D’autres missions sur place ont été diligentées auprès de la filiale bancaire congolaise en mai 2016, ciblées sur les engagements et les opérations de transfert, et dans la filiale bancaire équato-guinéenne, à la fin septembre 2015, sur le suivi des recommandations de la précédente mission de juin 2012.

La Cobac s’est gardée de révéler les deux dernières branches de BgfiBank sous surveillance. Mais l’on sait, sur la base des dernières données disponibles, que le groupe est aujourd’hui présent dans 11 pays d’Afrique, dont le Cameroun dans la zone Cemac.

Pour rappel, au cours de sa visite à Kinshasa, Henri Claude Oyima, le président-directeur général du Groupe BGFIBank, avait apporté le soutien de la maison-mère, BGFI Holding Corporation, et du Groupe dans sa globalité à la filiale BGFIBank RDC en qualifiant les accusions de financements du terrorisme « d’informations fallacieuses émises par une certaine presse. »

Il avait par ailleurs ajouter que la BGFIBank RDC, comme pour le Groupe, luttait contre le blanchiment et le terrorisme en se conformant rigoureusement à la réglementation internationale en vigueur et en utilisant pour ce faire les outils adaptés de filtrage et de contrôle des opérations de transferts à l’international agrées.

Source : Media Congo

Laisser un commentaire