BEPC 2018 : 38 968 candidats affrontent l’examen dans la ville océane

0

Le coup d’envoi des épreuves écrites a été donné par le préfet du département, Alexandre Honoré Paka, au collège Jean-Félix-Tchicaya.

 

 

 

 

 

La conquête du Brevet d’études du premier cycle (BEPC) s’annonce plus rude cette année à Pointe-Noire, en raison du nombre plus élevé des candidats légèrement à la hausse par rapport  à la session 2017. Les 38 968 candidats sont répartis en trois zones regroupant soixante et onze centres dont soixante-neuf dans la ville et deux en zone rurale, à savoir Tchiamba-Nzassi et Fouta.

Le préfet a exhorté les candidats à la bonne conduite et au sens de responsabilité car leur avenir en dépend. « Aujourd’hui, ceux qui vous ont enseignés ne sont plus là, vous êtes seuls devant vos copies, faites-vous valoir », s’est-il adressé aux candidats, avant de leur donner rendez-vous en octobre prochain au lycée.

Juste après le lancement des épreuves au collège Tchicaya où un malade lui a été présenté, le préfet et sa suite ont visité les centres du CEG Antoine-Banthoud, dans l’arrondissement II Mvou-Mvou, Faubourg et Moe-Pouaty à Loandjili, dans l’arrondissement 4, et le centre 31-Décembre, dans l’arrondissement 3 TiéTié, pour se rassurer du bon déroulement de l’examen.

À l’issue de cette tournée, l’autorité s’est réjouie de la bonne organisation car aucun problème majeur n’a été signalé comme l’a souligné l’administrateur maire de Tié-Tié, Ambroise Bayakissa, recevant le préfet au centre de 31-Décembre. «Tout est calme, il n’y a pas d’incidents fâcheux,  nous voulons que tout se passe comme sur les roulettes jusqu’au dernier jour de l’examen », a-t-il indiqué.

De même, le chef de ce centre, Karl Rodrigue Mabika Mbouaka, a exprimé sa satisfaction. « Le grand problème, c’est le premier jour. Nous avons eu un bon départ, pas de malades, pas de panique des élèves », s’est-il réjoui avant de signaler que  sur cinq cent cinquante candidats inscrits, sept sont absents. « Je sais qu’ils ne sont pas absents, ils sont certainement égarés dans d’autres centres, vu le découpage des listes, mais nous avons reçu les instructions qu’un candidat égaré doit composer normalement dans le centre où il se présente avant de retrouver son centre. S’ils sont ailleurs, ils viendront demain », a-t-il ajouté.

Notons que le préfet a été accompagné  lors de sa ronde par le président du jury à Pointe-Noire, Christophe Mongo Ondzola, et du directeur départemental de l’Enseignement primaire, secondaire et de l’alphabétisation, Jean Baptiste Sitou.

 

 

Légendes et crédits photo : 

Une vue de la salle pendant le lancement des épreuves par le préfet (Adiac)

Source : http://www.adiac-congo.com/

Laisser un commentaire