Bénin: l’Osfaco abrite un séminaire sur le rôle des images satellites

0

L’Observatoire spatiale des forêts d’Afrique centrale et de l’ouest (Osfaco) a réuni des scientifiques, experts, chercheurs, enseignants, cadres des services techniques des institutions publiques et acteurs d’ONG à une conférence internationale sur le rôle des données satellitaires dans la gestion durable des territoires sur le continent.

Le colloque vise à repositionner les images satellites comme socle de gestion des ressources naturelles et territoires. Une douzaine de pays africains et la France ont échangé et harmonisé leurs connaissances en la matière.

Les participants ont voulu montrer le rôle prépondérant que jouent les images satellites dans la gestion des territoires, l’espace géographique occupé par les hommes et leurs réalités politiques, économiques, sociales et culturelles.

Il s’agit d’une vue synoptique de l’état (passé et présent) de tout territoire avec l’empreinte spatiale imprimée par l’Homme, principal agent transformateur de l’espace. Tout l’intérêt des images pourra ainsi s’étaler depuis la simple vision jusqu’à leurs analyses à diverses fins.

Les résultats scientifiques qui résultent de ces exercices alimentent des aides à la décision aux fins d’une gestion durable des territoires.

Des communications sur la nouvelle infrastructure de données géographiques du Bénin, les résultats des projets de recherche mis en œuvre dans les huit pays bénéficiaires du projet Osfaco, des résultats d’initiatives ou projets pertinents utilisant l’imagerie satellitaire pour la gestion durable des ressources naturelles ont été à l’ordre du jour.

Pour le directeur général des Eaux, forêts et chasse du Bénin, les données satellitaires d’observation de la terre s’avèrent comme une des sources majeures de données de qualité, actualisées, reconnues et accessibles très utiles dans la recherche d’approches de solution. Procédant à l’ouverture des travaux, le représentant du ministre du Cadre de vie et du développement durable a reconnu le rôle des technologies d’observation de la terre dans la modernisation des dispositifs nationaux de suivi et l’amélioration des capacités des pays à mesurer efficacement tous les indicateurs de développement durable.

Il a, par ailleurs, évoqué la nécessité d’œuvrer à la démocratisation des données satellitaires et l’amélioration des connaissances sur les dynamiques d’occupation du sol et les changements d’usage des terres.

Source : http://www.adiac-congo.com/

Laisser un commentaire