Beni: les détenus de la prison crient famine !

0

Plus d’un mois après l’attaque de leur prison par des hommes armés, les 373 détenus restants de la prison centrale de Beni à Kangbayi crient famine, car ils vivent depuis un mois sans nourriture.  L’insécurité qui prévaut depuis des semaines aux alentours de cette maison carcérale est à la base de cette situation.

Le 11 juin dernier, des hommes armés  avaient attaqué la prison centrale de  Beni à Kangbayi  et occasionné l’évasion de 935  détenus jugés dangereux sur les 966 qu’ils étaient.  Depuis, rapporte-t-on, cette maison carcérale ne reçoit plus de rations pour les prisonniers et les proches des détenus hésitent à faire un tour dans l’établissement pour apporter de l’assistance à leurs proches, a indiqué  Tshongo Makelele, directeur de cette prison. Il lance par conséquent un appel aux gens de bonne volonté pour qu’ils mettent la main à la poche en vue d’aider les prisonniers de Kangbayi.

« Nous avons un sérieux problème à Kangbayi. Les détenus n’ont pas à manger, et ça fait beaucoup de jours. C’est presque un mois que nous n’avons rien dans notre dépôt et présentement nous n’avons pas à manger. Nous lançons un cri d’alarme. Je fais un appel aux personnes de bonne volonté, aux ONG, même à la Monusco et aux chrétiens de nous venir en aide », a déclaré  Tshongo Makelele cité par Radio Okapi.

Revenons à l’attaque de cette prison pour dire qu’ils étaient 935 prisonniers à s’être volatilisés dans la nature après une attaque dimanche 11 juin vers 15h30 locales de la prison centrale de Kangbayi de Beni dans la province du Nord-Kivu par des  hommes armés  non autrement identifiés.  Huit personnes avaient perdu la vie lors de cette attaque..

La particularité de cette attaque, qui venait allonger la liste des attaques des prisons qui s’étaient produites en l’espace de quelques semaines seulement, était qu’elle s’était produite en pleine journée, contrairement aux attaques d’autres prisons survenues vers les petites heures de la journée.

Des sources sécuritaires, citées par Radio Okapi, avaient fait état d’un groupe d’assaillants non autrement identifiés qui avaient pris d’assaut  cette maison carcérale avant de réussir à libérer plusieurs centaines des prisonniers.

Selon des sources judiciaires et pénitentiaires, 935 prisonniers s’étaient évadés au cours de cette attaque sur les 966 qui étaient en détention. D’après les mêmes sources, la trentaine des prisonniers restés encore dans  cette prison  étaient tous des militaires.

Source : Media Congo

Laisser un commentaire