Beni : La récupération politique et le contexte sécuritaire ralentissent la riposte contre Ebola

0

L’information a été livrée le vendredi 14 septembre 2018 à Beni au cours d’un point de presse animé par le directeur général de la riposte contre la maladie à virus Ebola, le docteur Ndjoloko Tambwe Bathe. Selon ce dernier, la première contrainte est que l’épidémie semble être sujet à de la récupération par certains acteurs politiques.

«Nous avons connu beaucoup de résistances communautaires qui ont impacté négativement sur la propagation de cette maladie d’une cité à une autre. Des politiciens voulaient se servir de cette épidémie pour parler à leurs futurs électeurs. Ils niaient l’existence de la maladie, affirmmant que c’est un montage…Et voilà aujourd’hui nous avons l’épidémie même à Butembo…» a regretté le docteur Ndjoloko Tambwe Bathe, directeur général de la riposte.

En deuxième lieu, il a évoqué le contexte sécuritaire qui ne permet pas le déploiement des équipes de riposte dans toutes les zones affectées. Parlant de la situation épidémiologique, il a fait savoir que 137 cas de fièvre hémorragique ont été enregistrés dont 92 décès. Il a aussi indiqué que plus de 140 orphelins sont enregistrés depuis le début de l’épidémie.
 
Vidéoconférence entre le ministère de la santé et le CDC Atlanta

Le bulletin d’information de la cellule de communication du ministère de la santé, rendu public le jeudi 13 septembre, renseigne que le ministre de la santé, le Dr Oly Ilunga Kalenga, a présidé une vidéoconférence entre le centre des opérations d’urgence (COU) de Kinshasa, le COU de Beni et le Centers for Disease Control and Prevention (CDC) d’Atlanta. Cette vidéoconférence s’inscrit dans le prolongement de la collaboration entre le ministère de la santé et le CDC ainsi que de la visite du directeur du CDC, Dr Robert Redfield, en république démocratique du Congo en août dernier.

A cette occasion, le coordonnateur de la riposte basé à Beni, Dr Ndjoloko Tambwe Bathe, a présenté la dynamique actuelle de l’épidémie. Ensuite, les échanges ont porté essentiellement sur l’identification et le suivi des contacts dans les zones touchées, et les avancées de la vaccination. Les différentes parties prenantes ont décidé de faire ces vidéoconférences chaque semaine afin de partager les analyses respectives sur la situation et les derniers développements de l’épidémie. La création de ces deux COU est le résultat de la collaboration entre le ministère de la Santé et PATH (Le programme de technologie appropriée en santé) qui soutient la transformation du système de santé congolais à travers l’innovation et les nouvelles technologies.  

De la vaccination

Depuis le début de la vaccination, le 8 août 2018, 8.738 personnes ont été vaccinées, dont 3.654 à Mabalako, 2.656 à Beni, 1.328 à Mandima, 544 à Butembo, 220 à Masereka, 150 à Katwa, 121 à Oicha et 65 à Kinshasa (personnel médical à déployer) révèle ce même document. Notons que cela fait un mois depuis que l’épidémie d’Ebola a été déclarée dans la région de Beni(Nord-Kivu) et Mambasa (Ituri).

Source: http://www.mediacongo.net/

Laisser un commentaire