Beni : déplacement massif de la population après signalement de la présence des rebelles ADF à Mavivi-Ngite

0

Plusieurs villages du groupement Bathangi-Mbau se sont vidés de ses habitants ce mardi 12 juin 2018, en territoire de Beni dans la province du Nord-Kivu. A la base de ce déplacement de la population, l’alerte sur une éventuelle présence des rebelles présumés ADF à Nzuma, à l’Est du village Mavivi-Ngite.

La psychose s’est installé de nouveau dans ce village à partir de 9 heures. En quelques minutes, les écoles se sont vidées des écoliers, élèves et enseignants. Chacun courant dans sa direction. Plusieurs enfant se sont retrouvés séparés de leurs parents.

Alors que la population s’est dirigée en ville de Beni et en commune rurale d’Oicha, toute la journée de ce mardi, ces déplacés étaient encore nombreux sur la route nationale numéro 4, se dirigeant dans des familles d’accueil.

Le chef de village Mavivi-Ngite qui a confirmé l’information à MCN Team, indique que l’ennemi serait aperçu par les cultivateurs au pont Nzuma. Ceux-ci sont venus alerter le village. « Les agriculteurs qui se dirigeaient au champs auraient aperçus des rebelles ADF au pont Nzuma. Ils se dirigeaient vers ce village. Nous avons alerté les autorités militaires qui s’y ont diriger. Jusque-là, le village viens de se vider. La population a vraiment peur car tout commence toujours par des rumeurs. Vous savez ce village vient d’être victime de quatre attaque dont la dernière est celle du samedi dernier…», a expliqué le Mwami Mumbere Bakola, chef de village Mavivi-Ngite.

Les villages déserts

La notabilité locale appelle les autorités à redoubler les efforts pour maîtriser la sécurité. Kasereka Mundama, chef de village Ngite2, dit être presque seul dans cette bourgade. Seuls, confie-t-il, les hommes y passent la journée, puis vont dormir ailleurs dans des zones plus sécurisées. «Je ne suis ici qu’avec un petit nombre de jeunes. Tout le monde est déjà parti. Nous supplions les autorités de nous aider. Nous chefs des villages n’avons un quelconque moyen de remédier à cette situation, car nous avons fait ce qui est à notre niveau et nous sommes à bout», a-t-il conclu.

Il convient de signaler que les militaires FARDC et celle de la MONUSCO étaient visibles en mouvement vers la zone suspecte. Des autos blindés de la Monusco ne faisant que des tours sur la route nationale numéro 4 en pleine patrouille diurne.

Tentative d’ériger une nouvelle bastion dans le Mayangose

Lundi 11 juin, le maire adjoint de la ville de Beni, Muhindo Bakwanamaha Modeste, a alerté sur un éventuel campement des rebelles à Mayangose Lahaye. Ils s’y seraient installés après avoir été frappés et délogés par les forces armées régulières à Mwalika, dans la chefferie des Bashu. C’est depuis cet endroit (Lahaye) que ces rebelles lancent des attaques sur certains villages et tendent des embuscades dans des routes principales.

Le vice-président du comité urbain de sécurité l’a confirmé au cours d’une réunion avec les cultivateurs de Mayangose sur la situation sécuritaire dans cette zone, grenier de la ville de Beni. Le maire adjoint a, à cette occasion, appelé la population à la vigilance face à cette menace rebelle, à la collaboration avec les FARDC et dénonciation des mouvements suspects.

L’ennemi serait enragé pour avoir été délogé par force à Mwalika, ajoute la même source. Là, les militaires ont affirmé avoir découvert des hectares des champs de chanvre, manioc, maïs et autres produits champêtres. Ils communiaient avec certains habitants de Isale-Bulambo dans la chefferie des Bashu, qui cultivaient au profit de ces rebelles, ont affirmé des sources militaires.

Source: http://www.mediacongo.net/

Laisser un commentaire