Beni : au moins 6 personnes tuées lors d’une attaque des présumés ADF à Mayimoya

0

L’incursion des rebelles présumés d’Allied Democratic forces (ADF) à Mayimoya, dans le groupement Bambuba-Kisiki, à 12 kilomètres d’Oicha chef lieu du territoire de Beni a eu lieu le vendredi 10 août aux environs de 19 heures .

Plusieurs balles ont été tirées créant la panique au sein de la population . Au cours de cette attaque, au moins 6 personnes ont trouvé la mort, en majorité par arme blanche, d’autres sont portées disparues et plusieurs biens ont été pillés renseignent des sources sur place. La dernière victime a trouvé la mort dans une structure de santé suite à une crise d’ hypertension.

Face à cette situation, Bravo Vukulu, président de la société civile du groupement Bambuba-Kisiki, plaide pour l’intensification des opérations militaires afin d’ éradiquer cet activisme des rebelles. Cette énième attaque a provoqué un déplacement de la population vers le nord et sud de cette localité. Environ 90 % des habitants de ce groupement ont déjà quitté ce village et vivent dans des familles d’accueil, selon les statistiques de la société civile du territoire de Beni.

  Cette attaque intervient 4 jours seulement après la découverte de 14 corps sans vie à Tubameme, dans la commune de Rwenzori . Il s’agissait de cultivateurs enlevés dans leurs champs.

Suite à ces tueries, Maître Philémon Ndambiwandambi, du Mouvement de libération du Congo (MLC)  interpelle la communauté internationale sur la persistance de l’insécurité dans cette partie du pays depuis au moins 4 ans, caractérisée par des massacres à répétition. Il souhaite « que cette communauté internationale puisse s’impliquer dans cette affaire sécuritaire comme c’est le cas pour la maladie à virus Ebola…». En outre, il s’inquiète pour le déroulement du processus électoral face à cette situation qui devient de plus en plus préoccupante.

Trouver les causes de l’insécurité

Entre-temps, il s’est tenu un « dialogue de paix » le vendredi 10 août à Beni pour trouver les causes de la persistance de l’insécurité ainsi que des solutions appropriées . Cet échange, organisé par le forum de paix de Beni, avec l’appui de « Peace Direct »,  a connu la participation des autorités politiques, administratives et militaires, des acteurs politiques ainsi que la société civile et ses composantes. La société civile a présenté un tableau sombre des cas de violations des droits de l’homme,  caractérisés par des massacres, assassinats, enlèvements, des attaques contre des positions militaires ainsi que d’autres formes de violation de droits humains. La question du phénomène ADF a été la plus discutée, car elle constitue la grande préoccupation dans la situation sécuritaire à Beni.

A ce sujet, le colonel Bienvenue Pombo, chargé de renseignements tactiques au sein des forces Armées de la RDC dans le grand nord,  a éclairé l’assistance sur le fonctionnement de cette rébellion,  son mode de ravitaillement en vivre et non vivre, ainsi que sur d’autres questions liées à cette cette rébellion. A l’issue du forum, des recommandations ont été émises aux uns et aux autres par les participants.

Maître Justin Matete, secrétaire exécutif du forum de paix, a estimé que cette rencontre pourra contribuer à remédier à l’insécurité qui gangrène la région de Beni et a annoncé l’organisation d’activités similaires sur l’ensemble du  territoire de Beni dans les jours à venir.

Source: http://www.mediacongo.net/

Laisser un commentaire