Beni: 1 an après le massacre de Rwangoma, la situation socio-sécuritaire et humanitaire toujours inquiétante

0

La situation sécuritaire et socio humanitaire demeure chaotique à Rwangoma, ville de Beni.

13 août 2016 -13 août 2017. Cela fait une année depuis qu’au moins 47 personnes, hommes, femmes et enfants étaient massacrées par les rebelles présumés Adf venus de la brousse.

Des maisons restent inhabitées, des rues désertes à Mbelu où des dégâts majeurs étaient enregistrés.

La Société civile de Beni s’inquiète que jusqu’à présent les déplacés restent sans assistance aucune, de la part des autorités nationales ainsi que de la communauté internationale qui, pourtant, avaient fait des tours à Beni pour la cause.

« La situation sécuritaire demeure préoccupante dans cette partie de la ville de Beni, jusqu’à présent la population est encore victime de plusieurs cas d’insécurité. La plupart de ces victimes n’ont jamais été assistées, à part l’assistance en argent venu du gouvernement Matata ponyo de l’époque. Les maisons brûlées, les biens consumés n’ont jamais été restitués aux victimes. Donc sur le plan humanitaire il n’y a pas amélioration parce-que les déplacés restent déplacés » a dit Kizito Bin Hangi, vice président de la société civile de Beni.

Il espère à la promesse de la cour pénale internationale (CPI) sur sa demande à mener les enquêtes internationales indépendantes, car selon lui, Il y a encore quelques zones d’ombres à éclairer dans le procès mené par la cour militaire opérationnelle (CMO) du Nord Kivu en foraine à Beni, il y a environ une année.

« Nous espérons encore que la CPI va mener les enquêtes en vue de compléter le travail effectué par la CMO, car il y a certains officiers cités par certains prévenus mais qui n’ont jamais été interpellés. Mais aussi venir en aide financière à cette cour. Pour que les responsabilités des uns et des autres soient établies. « 

Source : Media Congo

Laisser un commentaire