Bassin du Congo : vers l’élaboration des indicateurs d’identification et de gestion des paysages forestiers intacts

0

Des experts forestiers du Bassin du Congo, des représentants des populations autochtones, des organisations de conservation (WWF, WCS) et des opérateurs du secteur privé, ainsi que la Commission des forêts d’Afrique centrale (COMIFAC) réunis à Brazzaville, se sont séparés le 24 août après avoir planché sur l’élaboration des indicateurs d’identification et de gestion des paysages forestiers intacts.

Bassin du Congo : vers l’élaboration des indicateurs d’identification et de gestion des paysages forestiers intactsCette réunion du groupe sous régional de travail Bassin du Congo est une recommandation de la 7e Assemblée générale du Conseil de surveillance des forêts (FSC) dans le monde, tenu en septembre 2014 à Séville en Espagne. Elle demandait, en effet, aux opérateurs forestiers certifiés selon la norme FSC, d’augmenter la conservation des paysages forestiers intacts.

Selon le directeur de Programme FSC Bassin du Congo, Mathieu Auger-Schwartzenberg, la rencontre de Brazzaville visait, entre autres, à définir les indicateurs spécifiques afin de gérer et d’accroître la protection des paysages forestiers intacts.

 « Nous avons travaillé depuis plus de 3 ans sur cette problématique. C’est donc aujourd’hui l’achèvement d’un voyage qui a commencé il y a plus de trois ans. Nous espérons actuellement trouver à huit-clos un consensus sur les indicateurs, donc des modalités de gestion qui seraient acceptables aussi bien par les gouvernements que par les sociétés forestières d’exploitants et les ONG de conservation de la nature », a-t-il expliqué, rappelant que le but du FSC est de créer une plateforme de dialogue.

Interrogé sur la position de la sous-région au niveau mondial, Mathieu Auger-Schwartzenberg a indiqué que le Bassin du Congo était depuis plus d’une vingtaine d’années le laboratoire mondial des meilleures pratiques. Même s’il y a encore beaucoup de choses à améliorer, la gestion pratiquée par les compagnies responsables est à féliciter. Avec près de 2,5 millions d’hectares de forêts certifiées FSC, la République du Congo est le leader mondial en termes de forêts naturelles tropicales certifiées FSC dans le monde.

« Nous espérons qu’un consensus sera trouvé entre les intérêts économiques, sociaux et environnementaux. Si consensus il y a, chaque pays du Bassin du Congo qui a un groupe national d’élaboration des normes (Cameroun, République du Congo, Gabon et République démocratique du Congo), internalisera les résultats et les décisions qui ont été prises pour développer et finaliser les normes nationales FSC pour la certification », a poursuivi Mathieu Auger-Schwartzenberg.          

Rappelons que la vision du FSC est de promouvoir une gestion économiquement viable, écologiquement soutenable et socialement bénéfique pour les populations des forêts du monde. Quant au Paysage forestier intact (PFI), plus souvent désigné par Intact Forest Landscape, il signifie une zone forestière existante, un paysage « naturel » considéré comme à la fois non artificiellement morcelé et non dégradé.

Légendes et crédits photo : 

Les participants à la réunion de Brazzaville ; crédit photo Adiac

Source : adiac-congo.com

Laisser un commentaire