BAD: la 54e assemblée annuelle se termine par un optimisme d’une Afrique plus intégrée

0

Quatre jours après, les assises annuelles de l’institution financière panafricaine, tenues concomitamment  avec la quarante-cinquième assemblée du Fonds africain de développement, se sont achevées le 14 juin à Malabo, capitale de la Guinée équatoriale, par un engagement de tous en faveur de l’intégration régionale, gage du développement espéré du continent africain.

« Malgré les différences des pays qui composent la BAD, l’engagement de tous  pour cette institution est un motif de fierté et d’encouragement  pour aller de l’avant », a déclaré le président de la Banque africaine de développement (BAD), Adesina Akinwumi,  clôturant les travaux des assemblées annuelles ouvertes officiellement le 12 juin par le président équato-guinéen, Téodoro Obiang Nguema  Mbasogo.

« Continuons à créer la différence pour cette Afrique qui a besoin de nous pour s’élever, s’affirmer et  se développer », a-t-il lancé à l’endroit des quatre- vingts pays présents à ses assises.

Se  réjouissant, par ailleurs, de l’évidence de la croissance de l’Afrique ainsi que de l’appui des partenaires et actionnaires de la Banque qui sont très engagés à soutenir le développement du continent,  le patron de la BAD a précisé que le message portant sur l’intérêt et la nécessité de l’intégration régionale a été  ben entendu par tous.

Pour lui, l’intégration n’est pas en réalité ce qui se dit, mais plutôt ce qui se fait, car la Banque a déjà réalisé un investissement de plus de quinze milliards de dollars destinés au financement des infrastructures d’intégration régionale. Il s’agit notamment des infrastructures routières, aéroportuaires, de technologie de la communication et même d’intégration des marchés financiers.

« L’Afrique centrale consciente des défis à relever »

De son côté, confiante en l’avenir de la sous-région d’Afrique centrale, la ministre congolaise du Plan, de la statistique et de l’intégration régionale, Ingrid Olga Ghislaine Ebouka Babackas, pense que la sous-région dont son pays fait partie a pris conscience des défis à relever pour une meilleure intégration.

« Nous avons une banque, la BAD, et voulions lui donner plus de moyens parce que nous pensions que c’est à travers l’intégration régionale que nous pouvons faire ce saut qualificatif en termes de développement de nos Etats respectifs. Il est essentiel que nous soyons unis, que nous ayons des infrastructures de connectivité qui permettent la libre circulation des personnes, des marchandises et des services. C’est dire que nous devons être prêts pour faire ce bond qualitatif », a-t-elle déclaré.

Appréciant lui aussi le niveau d’intégration du continent, notamment au niveau de la sous-région d’Afrique centrale, le directeur général de la BAD pour cette zone, Ousmane Doré, estime que le processus est en cours et en dépit du faible rythme observé, l’espoir y est.

« La BAD a élaboré une stratégie très robuste pour cette zone dont le document a été publié pendant ces assemblées annuelles de Malabo. Nous disposons déjà d’un portefeuille de près d’un milliard de dollars d’engagements  dans la sous- région Afrique centrale », a-t-il annoncé, soulignant que l’objectif fixé est la transformation des économies de cette partie du continent dans les sept prochaines années.

L’intégration régionale constitue, pour l’Union africaine qui a mis en place la zone de libre-échange continentale, un maillon essentiel pour l’accélération du développement de l’Afrique.  C’est ainsi que dans la même dynamique que cette organisation panafricaine, la BAD met tout en œuvre pour relier les régions africaines entre elles, afin de  permettre la libre circulation des personnes et des biens.

« Fragmentée et divisée,  l’Afrique restera faible. Ensemble et dans l’unité, rien ne pourra l’arrêter », avait lancé Adessina Akinwumi à l’ouverture des assemblées annuelles.

Légendes et crédits photo : 

Une vue des participants aux Assemblées annuelles de la BAD à Malabo/ DR

Source : http://www.adiac-congo.com/

Laisser un commentaire