Audit : le ministère de la Santé inventorie son patrimoine

0

L’opération réalisée par le Cabinet Exco-Cacoges a démarré, la semaine dernière à Brazzaville, sous les auspices du directeur de cabinet du ministère, Florent Balandamio.

Le ministère de la Santé et de la population (MSP) a mis depuis deux ans, au cœur de ses actions, l’amélioration de la gouvernance en tant que pilier du renforcement du système de santé. C’est ainsi que l’une des réformes adoptées lors des assises nationales de la santé d’Ewo, en 2016, porte sur l’amélioration du cadre juridique, a précisé le directeur de cabinet, lors du lancement de l’inventaire du patrimoine.

De même, il a été réalisé des missions d’audit financier et de pratique de certaines institutions telles que le Centre hospitalier universitaire de Brazzaville (CHU-B), le Laboratoire national de santé publique, le Centre national de transfusion sanguine (CNTS) et le Conseil national de lutte contre le sida. Ces audits ont mis en exergue l’insuffisance dans la gestion et la conservation du patrimoine du ministère de la Santé et de la population.

C’est pourquoi, en application des recommandations des audits, Jacqueline Lydia Mikolo, ministre de tutelle, a diligenté la présente mission d’inventaire des immobilisations de son département, en application des orientations du président de la République. « Cette mission sera réalisée par le cabinet d’audit et conseil Exco Cacoges qui, comme chacun le sait, se distingue par la perspicacité et la célérité de ses interventions. Voici l’étendue des services attendus de la mission d’inventaires physiques des immobilisations du ministère de la Santé et de la population », a déclaré Florent Balandamio.

Il a demandé à tous les directeurs et chefs de service concernés par cette mission de se rendre disponibles, de transmettre et de communiquer tous les documents et informations jugés nécessaires à l’exécution de cette mission au cabinet Exco-Cacoges.

Présentation de la mission
Cette mission qui va se dérouler sur toute l’étendue du territoire national, partout où il y a des biens de ce ministère, a été présentée par l’associé gérant du Cabinet Exco-Cacoges, Brice Voltaire Etou Obami.

L’inventaire physique du patrimoine du MSP, a-t-il expliqué, va porter sur tous les biens qui seront disponibles dans chaque site lors du passage des auditeurs, à savoir les infrastructures (bâtiments et terrains) ; les équipements médicotechniques ; le matériel de bureau ; le mobilier de bureau ; le matériel roulant (matériel de transport) ; le matériel nautique ; le matériel de logement ; le mobilier de logement ; les autres matériels….

La phase 1 concerne la prise d’inventaires physiques, rapprochement des résultats d’inventaires et le fichier des immobilisations. L’objectif étant d’avoir un fichier des immobilisations à jour et valorisé et de réaliser la réconciliation physico-comptable.

L’inventaire physique des biens appartenant au ministère de la Santé et de la population se fera selon les trois niveaux suivants : niveau central, niveau intermédiaire et niveau des services extérieurs.
Au niveau central, il s’agira du cabinet du ministère, des cinq directions rattachées au cabinet ; les directions de l’information et de la communication ; des Etudes et de la planification ; de la Coopération ; des Affaires générales ; de l’Informatique ; de l’Inspection générale de la santé, des six directions générales : les directions générales de l’administration, de la réglementation et des ressources financières ; des hôpitaux et de l’organisation des soins ; du médicament, de la pharmacie et des laboratoires ; des infrastructures, des équipements et de la maintenance ; de l’épidémiologie et de la lutte contre les maladies ; et de la population.

Au niveau intermédiaire, il s’agit des structures sous tutelles : le CHU-B, le Laboratoire national de santé publique, le CNTS, les hôpitaux généraux de Loandjili, du 31 Juillet 1968 d’Owando, Adolphe Sicé, de Dolisie et Edith-Lucie-Bongo-Ondimba, la Centrale d’achats des médicaments et des produits de santé.

Le niveau des services extérieurs concerne  les départements médicaux des zones nord et sud. Au niveau de la zone nord, les départements de Brazzaville, de la Cuvette, de la Cuvette ouest, de la Sangha, de la Likouala, des Plateaux. Au niveau de la zone sud, les départements de Pointe-Noire, du Kouilou, du Niari, de la Bouenza, de la Lékoumou et du Pool.
Le calendrier de la mission prévoit que la synthèse des travaux, qui est la deuxième étape, aura lieu le 30 novembre. La transmission du rapport, la troisième et dernière étape, aura lieu, le 21 décembre.
Notons que les biens appartenant aux agents de chaque structure sanitaire ne seront pas pris en compte dans l’inventaire dans les conditions où le propriétaire détient soit les factures qui attestent l’achat de ce bien par lui-même, soit un document signé en bonne et due forme par son responsable hiérarchique, a indiqué Brice Voltaire Etou Obami.
 

Légendes et crédits photo : 

Photo 1 : Le directeur de cabinet du MSP lançant la mission d’inventaire en présence de l’inspecteur de la Santé (à sa gauche) et de l’associé gérant du Cabinet Exco-Cacoges (à sa droite)
Photo 2 : Le personnel de la santé lors de la cérémonie de lancement de l’inventaire du patrimoine du MSP
Photo 3 : L’associé gérant du Cabinet Exco-Cacoges présentant la mission

Source : http://www.adiac-congo.com/

Laisser un commentaire