Assurance : une baisse inquiétante des recettes de l’assureur public

0

La comparaison chiffrée avec la période correspondante en 2016 a permis de faire ce terrible constat qui intervient au moment où tout le paysage de l’assurance en RDC est en train de connaître une réelle mutation. Selon l’analyse des causes de la contreperformance, la plupart des entités de la Société nationale d’assurance (Sonas) ressentent durement les effets du ralentissement de l’activité économique.

Créée en 1960, la Sonas a régné sans partage dans le secteur des assurances durant près de 60 ans. La société nationale doit compter avec un environnement en transformation à la suite de la libéralisation du secteur sous la supervision de l’Autorité de régulation et de contrôle des assurances (Arca), Comme le fait remarquer un analyste, la mission de l’opérateur public était de plusieurs ordres, dont l’exportation des capitaux et le développement de certaines alternatives pour mobiliser l’épargne intérieure vers des projets de développement nationaux. Selon lui, la Sonas a toujours privilégié les investissements sur le long terme et cela a permis d’aboutir à quelques réalisations concrètes.

Mais pour l’heure, le diagnostic de la société reste préoccupant. Il y a certaines contraintes qui influent négativement sur la situation financière de la société, dont le non-respect des instructions portant transfert de la quote-part siège et le non-respect du plan de trésorerie de certaines entités. Cela a conduit à des recettes mensuelles prévisionnelles plutôt statiques. À la suite de ce constat, la Direction générale par intérim de la Sonas a rappelé récemment aux entités l’intérêt de changer la façon de gérer pour arriver à faire jouer à la société nationale un rôle majeur dans la construction de la RDC. Par ailleurs, des efforts devront être fournis dans le domaine des sinistres. Concrètement, la Direction générale par intérim reste convaincue de l’urgence d’améliorer les modes de paiement afin de respecter l’objet social de la société qui reste avant tout l’indemnisation des sinistres. Pour faire face à ces défis, des sanctions ne sont pas exclues à l’encontre des entités qui enfreindraient délibérément les mesures d’assainissement de gestion de la haute direction.

En cette période de transformation profonde du paysage de l’assurance en RDC, la Sonas veut se donner toutes les chances de cohabiter avec les grandes compagnies d’assurance intéressées par le potentiel du pays. La démarche de la direction générale est d’arriver à pousser suffisamment les différentes entités afin qu’elles deviennent plus compétitives. La libéralisation du secteur des assurances inclut implicitement que chaque acteur puisse développer des stratégies pour occuper suffisamment le marché de l’assurance. Par conséquent, la loyauté à l’opérateur ne se fera plus par la contrainte de la loi mais plutôt par la capacité à répondre aux attentes des clients. En mettant la Sonas en compétition, on lui donne l’opportunité d’être plus efficace sur le terrain. « Lors du traitement des dossiers des compagnies d’assurance, la situation de la Sonas fera l’objet de la même attention que celles des compagnies concurrentes même si, certainement, son ancien statut ne manquera pas d’être pris en compte dans certaines décisions de l’Arca », conclut l’analyste.

Source : adiac-congo.com

Laisser un commentaire