Association internationale des jeunes pour les droits de l’Homme : le Congo représenté au 15e sommet à New York

0

Noël Karl Lebondzo Gandou et Emamsy Mbossa ont pris part aux assises qui se sont déroulées, du 5 au 7 juillet, au siège des Nations unies.

Le quinzième sommet de l’Association internationale des jeunes pour les droits de l’Homme (Youth for human rights international- YHRI) a rassemblé plusieurs délégués de différents pays. Il a coincidé avec la commémoration du 70e anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l’Homme (DUDH) et son impact historique sur le monde.

 Fait déplorable cependant, sept décennies après l’adoption de ce texte par l’Organisation des Nations unies, plus de quarante millions de personnes sont détenues en esclavage, d’autres sont torturées ou persécutées pour leurs croyances religieuses ou politiques et des millions sont forcées de fuir leurs foyers.

La séance d’ouverture a été ponctuée par des discours de diplomates et de hauts fonctionnaires ainsi que la présentation par les jeunes délégués de leur travail de plaidoyer pour les droits de l’homme. Le sommet a mis également en vedette les Prix des héros des droits de l’homme, dédiés à ceux dont le courage et la détermination ont fixé haut la barre des droits de l’homme dans leurs villes et nations respectives.

Au cours des quinze dernières années, en effet, le sommet a servi de plate-forme où les jeunes travaillent ensemble en vue de faire des droits de l’homme une réalité mondiale. Ils assistent à des tables rondes sur des questions clés, cherchent à améliorer la situation des droits humains en se fondant sur la DUDH et s’engagent à résoudre les conflits, à promouvoir l’égalité des sexes et à mettre fin à la traite des êtres humains et autres abus. Ils rencontrent des officiels et établissent des partenariats internationaux.

Les deux jeunes délégués du  Congo, honorés et enthousiasmés par cette expérience, ont été fiers d’arborer le drapeau national au cours de la procession qui a ouvert ce sommet annuel. L’un d’eux, Noël Karl Lebondzo Gandou, a indiqué: « L’enseignement des droits de l’homme ne saurait se limiter aux seuls cours de droits des libertés fondamentales dispensés en troisième année de licence de droit. Il est fondamental que l’enseignement des droits de l’homme se fasse très tôt dès la maternelle et l’école primaire afin de toucher un public le plus large possible et de permettre aux enfants de se forger une culture des droits de l’homme dès leur plus jeune âge. »

Le quinzième sommet a été clôturé par une célébration multiculturelle organisée par le Centre communautaire de scientologie de Harlem. Elle a été précédée par les tables rondes entre délégués pour élaborer des projets.

Notons que l’association YHRI est à but non lucratif, fondée en 2001 sur le principe que les droits de l’homme peuvent être concrétisés par une éducation à grande échelle ayant pour base les trente articles de la DUDH de 1948. Son but est aussi d’inciter les jeunes à devenir des défenseurs de la paix et de l’égalité. Le matériel éducatif disponible est traduit en vingt-sept langues et  distribué dans cent quatre-vingt-quinze nations grâce à plus de cent cinquante groupes formés. Elle est basée à Los Angeles, aux Etats-Unis d’Amérique.

Légendes et crédits photo : 

Photo 1 : Les travaux du 15e sommet
Photo 2 : Emamsy Mbossa et Noël Karl Lebondzo Gandou au 15e sommet des droits de l’homme
Photo 3 : Les participants au sommet posant pour la postérité

Source : http://www.adiac-congo.com/

Laisser un commentaire