Assistance humanitaire : le gouvernement au chevet des sinistrés de la commune d’Owando

0

Une délégation du ministère des Affaires sociales, de l’action humanitaire et de la solidarité, conduite par Christian Aboké-Ndza, s’est rendue du 11 au 17 mai au chef-lieu de la Cuvette, pour apporter une assistance d’urgence à la population victime de la catastrophe naturelle qui s’était abattue le 4 mai, causant d’importants dégâts matériels

Un vent violent avait soufflé à Owando, entraînant le déplacement forcé de près de sept cents personnes, soit cent ménages concernés, et détruisant plusieurs habitations et infrastructures publiques. La fragilité des matériaux de construction et la vétusté de nombreuses habitations ont été, à cet effet, mises en cause. On a dénombré également des blessés. Face à ce désastre, la population sinistrée attendait du gouvernement une intervention humanitaire d’urgence pour soulager tant soit peu ses souffrances. C’est ainsi que le ministère en charge de l’action humanitaire a dépêché une aide composée de vivres, non vivres, kits scolaires et kits abris pour assister cette population.

« C’est de la responsabilité de l’Etat de venir assister la population en lui apportant un réconfort moral.  Le principe, une fois de plus de l’action humanitaire, est d’apporter assistance à l’homme pour qu’il vive dans la dignité », a expliqué le directeur de cabinet de la ministre des Affaires sociales, de l’action humanitaire et de la solidarité, Christian Aboké-Ndza.

S’agissant de la distribution du don, chaque chef de ménage a reçu des kits composés de vivres (riz, poisson salé, huile, sel et sardine) et de non vivres (matelas, moustiquaires imprégnées, savons, nattes, draps). Cette première phase a été faite en présence des autorités locales, des chefs de quartier et de la population ayant pris d’assaut le siège de la mairie.

Lors de la deuxième phase de l’assistance humanitaire, l’équipe mixte ministère, mairie d’Owando et police était descendue, du 14 au 16 mai, aux domiciles des propriétaires des habitations touchées pour la remise des tôles, des bastings, des sacs de ciment, pointes et autres accessoires nécessaires pour la réhabilitation des maisons, sous l’œil vigilant des jeunes des cinq quartiers concernés. Ont également bénéficié des kits en abri des agents de la force publique qui ont vu leurs maisons endommagées par la tornade.

La satisfaction des bénéficiaires

L’assistance du gouvernement a rencontré l’assentiment des bénéficiaires qui n’ont pas encore oublié l’ampleur des dégâts causés par cette pluie diluvienne accompagnée d’un vent violent . « Nous étions surpris par cette tornade qui a ravagé les toitures de notre maison, les murs se sont écroulés. Plusieurs objets de maison ont été endommagés. Pour l’instant, nous sommes logés chez nos voisins. Les autorités locales, le maire d’Owando et les responsables de la direction départementale des affaires sociales sont arrivés à notre domicile pour faire le constat et nous réconforter », a confié Diane Ebia, une mère d’enfants victime.

 « C’est extrêmement difficile de subir un tel évènement bouleversant, surtout au moment où on s’approche de la retraite. Ma maison a été fortement touchée. J’ai perdu la toiture et de nombreux objets. Malgré ce sinistre, nous saluons le geste humanitaire du gouvernement accompli par les agents du ministère des affaires sociales. Nous saluons aussi la visite du chef de l’Etat à Owando, le 11 mai dernier », a déclaré, pour sa part, Maurice Abia, fonctionnaire de l’Etat.

Apportant la lumière sur la confusion qui a voulu régner au cours de cette mission, Christian Aboké Ndza a rappelé que l’action humanitaire n’intervient que lorsque l’homme est touché. « Les catastrophes qui ne touchent pas l’homme, les édifices publics, en principe ,ne sont pas de la compétence de l’action humanitaire. Mais l’action humanitaire prend en charge les habitations, parce que l’homme y vit », a-t-il précisé.

Notons que le président de la République, Denis Sassou N’Guesso avait visité, dans la même période (lors de son passage à Owando), certains édifices de l’Etat touchés. Il avait également compati aux souffrances des victimes, parmi lesquelles des blessés, deux femmes et un enfant qui ont bénéficié de la gratuité des soins à l’hôpital 31-juillet.

Légendes et crédits photo : 

Une vue de l’aide gouvernementale ; l’enregistrement des bénéficiaires/DR

Source : http://www.adiac-congo.com/

Laisser un commentaire