Assemblée provinciale de Kinshasa : Roger Nsingi arrêté pour détournement des véhicules officiels

0

La Police nationale de la ville province de Kinshasa a annoncé, le 5 avril, l’interpellation de l’ancien président de l’assemblée locale, accusé de détournement de six Jeeps 4X4 affectées au fonctionnement de cet organe délibérant de la ville capitale.

https://i2.wp.com/scooprdc.net/wp-content/uploads/2018/05/Roger-Nsingi.jpg?fit=800%2C538&ssl=1L’ancien président de l’assemblée provinciale de Kinshasa, Roger Nsingi, se trouve depuis, le 5 avril, en détention au cachot du Commissariat provincial de la police. C’est le commissaire provincial, le général Sylvano Kasongo, qui s’est chargé de cette arrestation opérée nuitamment, selon des sources.

L’incriminé a été cueilli à son domicile aux petites heures  par des agents de la police, avant d’être immédiatement placé en détention. D’après la police, il lui est reproché d’avoir détourné six jeeps 4X4 destinées à l’Assemblée provinciale de Kinshasa. Ces véhicules officiels avaient curieusement pris la destination du domicile de l’ancien président.  L’homme avait fait la sourde oreille à l’ultimatum de quarante-huit heures qui lui a été lancé par son successeur qui a finalement requis les services de la police. « Sur six véhicules, il en a remis deux et il en reste quatre. Cela doit donner des leçons à tous les autres qui détiennent les biens de l’Etat. Ils doivent les rendre », a indiqué à la presse le général Sylvano Kasongo.

La libération de l’infortuné, a-t-il ajouté, reste conditionnée par la restitution de ces quatre autres véhicules. Selon des indiscrétions, ceux-ci  auraient pris la direction de son village natal, dans le Kongo central. « Au cas contraire, il sera retenu au parquet. Nous l’avions contacté bien avant pour qu’il les rende mais il avait refusé. Voilà pourquoi il a fallu maintenant un mandat de perquisition », a confié le général, dépité par cet incivisme.

Rappelons que l’ancien président de l’Assemblée provinciale de Kinshasa a été déchu de ce poste le 5 octobre 2017, par les députés provinciaux qui lui reprochaient une opacité dans la gestion financière de l’institution. Pour l’instant, l’intéressé se trouve en garde à vue, en attendant l’ouverture d’un dossier judiciaire à sa charge.

     

     

Légendes et crédits photo : 

Roger Nsingi

Source : http://www.adiac-congo.com/

Laisser un commentaire