Assemblée Nationale : La session parlementaire de septembre s’ouvre ce vendredi

0

Essentiellement budgétaire, cette session est exceptionnellement appelée à s’appesantir sur la révision du projet de loi relatif à la répartition des sièges tant attendue pour la tenue de prochaines élections

Un communiqué officiel publié par le bureau de l’Assemblée Nationale a annoncé, pour aujourd’hui vendredi 15 septembre 2017, la cérémonie d’ouverture de la session parlementaire ordinaire de septembre 2017. Selon ce communiqué, cette cérémonie aura lieu en la salle des Congrès du Palais du Peuple, siège du Parlement de la République Démocratique du Congo, sous la houlette d’Aubin Minaku, président de l’Assemblée Nationale. Les autorités politiques, administratives, civiles, policières et militaires sont invitées à rehausser de leur présence cette cérémonie.

Du point de vue légal, la session parlementaire de septembre est essentiellement budgétaire. Elle constitue une occasion pour les deux chambres législatives, à savoir le Sénat et l’Assemblée Nationale, d’examiner en priorité le projet de loi des finances de l’exercice budgétaire précédent, le cas échéant, le budget 2018.  Néanmoins, hormis cette priorité légale, les Congolais souhaitent voir la session qui s’ouvre ce vendredi après trois mois de vacances parlementaires, s’appesantir sur la révision du projet de loi relatif à la répartition des sièges.

Ces analystes osent croire que, face aux enjeux politiques de l’heure, à savoir les élections dont l’organisation est conditionnée, entre autres, par l’adoption au Parlement de ce texte légal et sa promulgation par le Président de la République, les sénateurs et les députés nationaux feraient mieux d’accorder autant d’importance, voire plus d’importance à cette révision qu’au projet de loi de finances.

Aubin Minaku appelé à corriger son erreur !

Comme pour anticiper ce point de vue, le député national Juvénal Munubo avait, le jour de la clôture de la session parlementaire ordinaire de mars 2017, demandé au président du bureau de la représentation nationale de convoquer une session extraordinaire consacrée à l’examen et adoption de la révision du projet de loi relatif à la répartition des sièges tant attendue pour la tenue de prochaines élections.

Reconnaissant la pertinence de cette requête, Aubin Minaku avait, pour sa part, promis d’en parler de fond en comble, avant la levée de la séance du jour. A la grande surprise des observateurs, le chef de la 2ème chambre législative a finalement procédé à la clôture de la session, sans dire mot sur cette question qui préoccupe au plus haut point l’opinion tant nationale qu’internationale.

« Mieux vaut tard que jamais », dit-on, il est urgent que le président de l’Assemblée Nationale pense à revenir sur ce point dans son discours d’ouverture de ce vendredi, afin de ne pas frustrer ceux qui continuent d’attribuer son silence du 15 juin dernier à une erreur, à l’oubli, et surtout à peser de tout son poids pour que ce projet de loi soit effectivement programmé pendant cette session parlementaire.

Par Marcel Tshishiku

Source : 7sur7.cd

Laisser un commentaire