Assassinat du Mzee Kabila: la Voix des Sans Voix dénonce une politique visant à tuer à petit feu les condamnés !

0

La liste des morts en détention des condamnés dans l’affaire de l’assassinat du feu président Laurent Désiré Kabila risque encore de s’allonger si rien n’est fait pour sauver ceux qui restent.

La Voix des Sans Voix pour les Droits de l’Homme(VSV) se dit choquée et consternée en apprenant la mort du colonel Gordon Kunda Ntalabo, de suite d’une crise, le mercredi 5 avril 2017, à la prison Centrale de Makala. Car cet officier figure parmi les condamnés dans l’affaire « assassinat du feu Président congolais Laurent-Désiré Kabila le 16 janvier 2001.

Tout en présentant ses condoléances les plus attristées à la famille biologique du colonel Gordon Kunda Ntalabo, la VSV exige la libération de tous les autres condamnés dans cette affaire Laurent Désiré Kabila, à défaut de reprendre sans délai ledit procès avant la tenue de l’élection présidentielle prévue en décembre 2017.

Pour rappel, le colonel Gordon Kunda Ntalabo avait été condamné à la peine capitale en 2003 par l’ex-Cour d’Ordre Militaire (Juridiction militaire d’exception de l’époque) dans le cadre de l’affaire liée à l’assassinat du président Laurent-Désiré Kabila. Le décès de cet officier vient ainsi allonger la liste des condamnés morts entre les mains de l’Etat congolais dans l’affaire l’assassinat de L.D.Kabila. Il s’agit de Patrick Kilay, Nico Bavurha, Panda Fariala, Yav Nawej, Jean-Jacques Kakwat, Rocky Byamungu et Salumu Tchap-Tchap.

L’ONG la Voix des Sans Voix dénonce ce qu’elle considère comme une politique visant à tuer à petit feu les condamnés dans ce dossier, alors que le procès relatif à l’assassinat de Laurent Désiré Kabila demeure inachevé jusqu’à ce jour et n’a jamais, par conséquent, contribué à la manifestation de la vérité sur l’assassinat de ce Président en plein exercice de ses fonctions.

La VSV rappelle par la même occasion le cas d’autres condamnés qui continuent à croupir à la Prison Centrale de Makala et qui courent également le risque de trouver la mort entre les mains de l’Etat congolais, s’ils ne bénéficiaient d’aucune mesure de grâce présidentielle dans le cadre de mesures de décrispation du climat politique recommandées par l’Accord politique de la saint Sylvestre et pour une vraie réconciliation nationale.

Ceux qui restent dans le « couloir de la mort »

Assassinat du Mzee Kabila: la Voix des Sans Voix dénonce une politique visant à tuer à petit feu les condamnés !

Certains Congolais également condamnés dans cette affaire attendent toujours dans « le couloir de la mort ». Il s’agit des condamnés à la peine capitale Mutindo Kitambala, Eddy Kapend, Itongwa Ngirinda, Yav Ditend, John Bonpengo, Mukanirwa Jojo, Leta Mangasa Georges, Nono Lutula, Jean Chiribangula, Murhanzi Fils, Kibonge Mulumba, Amisi Bakuka.

D’autres sont condamnés à perpétuité. Notamment Mayembe Oscar, Emmanuel Ndongo, Willy Bilolo, Marcelin Shambo, Bitanda, Kashindi Mubone, Baguma Gervais, Théo Basole, Kabumba Prosper, Muzima Aimé Césaire, Mississipi Kasongo, Bisimwa Jimmy, Bahigwe Ildephonse, Marhegane Pascal, Kizito Kompany Yves, Bahaya Bernard.

Certains sont Condamnés à 20 ans de prison. C’est le cas de Lukombo François, Lurhonge Meschac, Kapia Jean-Jacques, Fiama Sylva, Madame Nelly Ntwite, Kot Ndiur et Maurice Kolokota qui espèrent un jour sortir de prison.

Quid des recommandations faites par la Cour Africaine des Droits de l’Homme ?

Assassinat du Mzee Kabila: la Voix des Sans Voix dénonce une politique visant à tuer à petit feu les condamnés !

Le président de l’ONGDH « Fondation Bill Clinton pour la Paix(FBCP), M.Emmanuel Cole, a aussi déploré la mort brutale de Gordon Kunda Ntalabo et exhorte le gouvernement de la RDC à appliquer les recommandations de la Cour Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples sur le dossier de présumés assassins de Laurent-Désiré Kabila.

Lors de sa 54ème session ordinaire tenue du 22 octobre au 5 novembre 2013 à Banjul, en Gambie, relative au dossier des condamnés de l’assassinat de Laurent Désiré Kabila, ancien Chef de l’Etat de la République Démocratique du Congo, la Commission Africaine des Droits de l’Homme et des peuples (CADHP) a exigé la libération de toutes les victimes. Surtout que parmi les présumés assassins de LDK, certains souffrent des maladies chroniques.

S’appuyant sur ces recommandations, Emmanuel Cole Adu s’appuie sur ces recommandations et plaide pour la relaxation de la bande à Lukombo François, Lurhonge Meschac, Kapia Jean-Jacques, Fiama Sylva, Madame Nelly Ntwite, Kot Ndiur et Maurice Kolokota…

La Commission africaine des droits de l’Homme et des Peuples a, dans ses recommandations sur ce dossier demandé à la RDC de maintenir son moratoire sur la peine de mort conformément à la résolution de la Commission demandant aux Etats d’envisager une suspension de la peine de mort (1999).

Banjul a enfin demandé à la RDC de lui rapporter par écrit dans les cent quatre-vingts jours (180) de la notification de la présente décision, quant aux mesures entreprises à l’effet de la mise en œuvre de ces recommandations.

Source : Media Congo

Laisser un commentaire