Assassinat de Zaida Catalan et de Michael Sharp : beaucoup de mystères entourent le rapport d’enquête

0

Le comité d’enquête mis en place par Antonio Guterres a remis son rapport à qui de droit le 31 juillet. Un rapport strictement confidentiel dont on ne connaît pas encore les principales articulations.

Assassinat de Zaida Catalan et de Michael Sharp : beaucoup de mystères entourent le rapport d’enquêteLes enquêteurs envoyés par le secrétaire général de l’ONU pour tenter de clarifier les circonstances de la mort de Zaida Catalan et de Michael Sharp assassinés dans le Kasaï en mars dernier ont finalement remis leur rapport à qui de droit. Il s’agit d’un rapport confidentiel dont on ne connaît pas, pour l’heure, les principales articulations. En attendant la publication imminente de ses principales conclusions, place aux spéculations ! D’après quelques fuites glanées par-ci par-là, il en retourne que ledit rapport d’enquête serait truffé de beaucoup de mystères non encore élucidés. Très peu de certitudes caractériseraient, en effet, ce rapport sur lequel l’opinion internationale fondait énormément d’espoirs pour en savoir un peu plus sur les circonstances de l’assassinat de deux experts onusiens au Kasaï. Il s’agissait, pour les enquêteurs, d’établir les faits et trouver les auteurs de l’assassinat des deux experts mais aussi d’améliorer les procédures de l’ONU.

Il s’avère qu’on est bien loin de l‘objectif. Car l’équipe dépêchée au Kasaï n’a pu mener à fond ses investigations. Elle se serait basée sur le dossier jusqu’ici ficelé d’UNpol, la police de l’ONU – la seule à véritablement enquêter – mais aussi sur quelques interviews  des collègues des deux experts, des différents responsables de la Monusco et des proches des défunts. Très insuffisant en termes de données d’autant plus que l’équipe d’enquêteurs n’a pu se rendre sur les lieux du crime, se contentant seulement d’interroger le personnel de l’ONU disponibles. À moins d’un mois sur le terrain, d’aucuns pensent que les enquêteurs n’ont eu que très peu de temps pour comprendre le contexte, assimiler les faits ou a fortiori trouver de nouveaux indices.  

À défaut d’une enquête internationale indépendante comme souhaitée initialement, ce rapport devrait faire foi, nonobstant certaines lacunes décelées. Ce dernier développement survient au moment où l’ONU s’emploie à redéfinir le format de la Monusco conformément à la dernière résolution relative à son mandat, par ailleurs, conditionné par la mise en application effective de l’accord du 31 décembre.

Légendes et crédits photo : 

Zaida Catalan et de Michael Sharp

Source : adiac-congo.com

Laisser un commentaire