Arts de scène : la troupe acrobatique chinoise présente un spectacle sur « le charme de Nanjing »

0

La prestation a eu lieu le 10 mai, au Palais des congrès, sous le patronage du ministre de la Culture et des arts, Dieudonné Moyongo, en présence de l’ambassadeur de la République populaire de Chine au Congo, Ma Fulin, et de bien d’autres personnalités.

Avant que ne débute le spectacle proprement dit, le directeur de cabinet du ministre de la Culture et des arts par intérim, Romain Pindou,  dans son mot de bienvenue, a rappelé les fructueuses relations de coopération dans les domaines de la culture et des arts, qu’entretiennent depuis quelques années, la ville de Brazzaville (Congo) et la municipalité de Nanjing (Chine). Pour preuve, a-t-il précisé, le 28 avril 2015, devant un public médusé, admiratif et conquis à la fois, Les petites fleurs de Nanjing s’étaient produites dans la même salle du Palais des Congrès. Et ce 10 mai, le tour est revenu à la Troupe acrobatique de la municipalité de Nanjing de s’y produire, dans le cadre de la célébration des cinquante-cinq ans d’établissement des relations diplomatiques entre la République du Congo et la République populaire de Chine.

« La municipalité de Nanjing, à travers sa troupe acrobatique, vient nous gratifier d’un programme haut en sons et en couleurs qui va dérouler sous nos regards, des tableaux de chorégraphie, de chansons et d’acrobatie qui je l’espère, vont nous plonger tous dans l’émerveillement », a déclaré Romain Pindou.  

Après le discours du directeur de cabinet, le Ballet national du Congo a donné le top par une prestation en l’honneur de leurs hôtes de marque. Sitôt après, la troupe chinoise a pris le relais à travers un spectacle marqué par cinq moments : la danse, le chant, la jonglerie, l’acrobatie et la magie.

Le spectacle a débuté par la danse d’introduction, dite « L’âge d’or en fleur », par tous les danseurs.  » Nostalgie » a été présentée par le trio d’instruments musicaux traditionnels chinois, composé de Zhang Yaozhe, Wang Yu, et Zhou Rong. Alors que Jiang Qiang, un des artistes de cette troupe, a presté sur la jonglerie. Il y a eu également la prestation des solos masculins « Allez vers la joie et l’entente » présenté par Guo Zexue. Il a été de même pour le solo de pipa (guitariste chinoise), notamment la musique de danse de l’éthnie Yi, par Zhaang Yaozhe. Tout comme l’imitation vocale par Li Xianbi. Toutes les danseuses de la troupe acrobatique de Nanjing ont présenté une prestation, sur les jeunes femmes dans l’opéra traditionnel chinois. Cela a été suivi par la danse « La mobilisation des soldats par le roi de Qin », présentée par Liu Jialet et autres. La danse Ouïgoure « Dévoile-toi » a été bien saluée par le public venu si nombreux.  

L’acrobatie a été au rendez-vous avec la prestation « Le ballet sur la tête » par Wang Shousen, Qu Ningli, et Hu Ruihua. Outre l’acrobatie, il y a eu une scène de magie, avec le témoignage d’un miracle, par Fan Zhenming. Le public a assisté ensuite au concert d’érhu, un violon chinois, portant sur la course de chevaux, par Zhou Rong et Wang Yu. Su Manli a presté sur solos féminins, notamment sur de bonnes nouvelles et l’allégresse.

« Aucune culture ne peut prévaloir sur l’autre »

Peu avant la danse de conclusion, portant sur « L’hymne au bonheur », par tout le groupe, un artiste de la Troupe Nanjing a interprété fidèlement la chanson « Congo ekolo monene » de Jacques Loubelo. Il a été vivement ovationné par le public qui l’a accompagné dans l’interprétation de cette chanson.

A l’issue du spectacle, l’ambassadeur de la République populaire de Chine au Congo, Ma Fulin, a rappelé le contexte de sa tenue, tout en mettant un accent sur la valorisation des cultures. « La culture, c’est mieux connaître les différents pays et les différents peuples, c’est très important. Comme les cultures ne sont pas les mêmes, il faut qu’on s’échange pour trouver les meilleures compréhensions d’une culture. Aucune culture ne peut prévaloir sur l’autre, ce qui suppose que toutes les cultures sont au même pied d’égalité. Ce spectacle s’inscrit dans le cadre de la célébration du cinquante-cinquième anniversaire. Pour nous, l’anniversaire c’est un point qui marque un nouveau départ. C’est une consolidation. Et pour nous, la célébration du cinquante-cinquième anniversaire, c’est pour l’année toute entière et non pour une date », a indiqué le diplomate.

Avant de quitter la République du Congo pour Nairobi, au Kenya, la troupe acrobatique de Nanjing a tenu une conférence sur l’historique de la langue chinoise, le 11 mai, à l’auditorium du rectorat, en présence des étudiants congolais. Cette langue, ont déclaré les intervenants, date des milliers d’années. Elle prend sa source des caractères symbolisant les animaux et autres espèces. Cerise sur le gâteau, la troupe chinoise a fait déguster à l’auditoire un spectacle en magie et chants (chansons chinoises et congolaises).

Rappelons que ce spectacle a été organisé par le ministère de la Culture et des arts du Congo, en partenariat avec le ministère de la Culture et du tourisme de la République populaire de Chine, l’ambassade de la République populaire de Chine au Congo, entrepris par le bureau des échanges et de la coopération internationale du ministère de la Culture et du tourisme de la République populaire de Chine, et le bureau municipal de la Culture et du tourisme de Nanjing de Chine.

Légendes et crédits photo : 

Photo 1 : La troupe chinoise sur la scène du palais des Congrès
Photo 2 : les artistes posant avec les autorités présentes à la soirée

Source : http://www.adiac-congo.com/

Laisser un commentaire