Artisanat minier : le plan d’action de développement déjà disponible

0

Après cinq ans d’élaboration, le document a été officiellement remis le1er août, à Brazzaville, au ministre des Mines et de la géologie, Pierre Oba, par le coordonnateur du système des Nations unies en République du Congo, Anthony Ohemeng-Boamah.

La stratégie de développement de l’artisanat minier, essentiel pour une exploitation au mieux des richesses naturelles, vise à valoriser ce secteur en vue de garantir son apport direct à la croissance, à l’emploi, à la réduction de la pauvreté en milieu communautaire et à la protection de l’environnement. Ce dispositif permettra d’assurer le développement durable ainsi que d’accroître la valeur ajoutée des filières d’or, de diamant et des géo-matériaux.

« On a fait un très beau travail. Le présent document l’atteste. Mais, notre véritable travail commence maintenant. Alors, à nous de le rendre fructueux », a lancé Pierre Oba, ministre des Mines et de la géologie.

En effet, en dépit de multiples potentialités des ressources minières et de la connaissance du code minier, le secteur est confronté à de nombreux défis, notamment l’insuffisance des textes d’application de la loi relative au code minier ; le manque de plan directeur par secteur ; l’insuffisance des équipements et du matériel appropriés pour l’administration ainsi que la formation des acteurs pour répondre efficacement à leurs obligations professionnelles.

A ce propos, cette stratégie et ce plan d’action national de développement du secteur de l’artisanat se présentent comme une solution à la problématique de l’artisanat minier au Congo. Ainsi, elle se structure en quatre volumes dont, généralités, contexte géologique et cadre institutionnel ; structuration des filières or et diamant, exploitation des géo-matériaux et enfin cadre institutionnel qui propose un schéma organisationnel de mise en œuvre du Plan d’action national de développement du secteur.

« Je suis persuadé que la mise en œuvre effective de ce document permettra de dynamiser l’économie rurale répondant aux impératifs des Objectifs du développement durable de n’exclure personne. Son opérationnalisation contribuera aux efforts de diversification de l’économie », a déclaré Anthony Ohemeng-Boamah, représentant résidant du Programme des Nations unies pour le développement en République du Congo.

Notons que l’artisan minier est le premier maillon de la chaîne, consistant à creuser la roche, le sol ou le lit d’une rivière pour y extraire les matières premières. Celui-ci effectue de durs travaux, le plus souvent manuellement avec des moyens rudimentaires (pelle, pioche, barre à mines, etc…) et ce, dans un environnement difficile avec de la chaleur et l’humidité.

 

Légendes et crédits photo : 

Anthony Ohemeng-Boamah remettant le document au ministre Pierre Oba

Source : http://www.adiac-congo.com/

Laisser un commentaire