Après la suspension de la grève des médecins : Timide reprise du travail des blouses blanches dans les hôpitaux publics

0

La mesure de grève, suspendue en date du 04 septembre par le Syndicat National des Médecins (SYNAMED) et le Syndicat des Médecins Congolais (SYMECO), n’a apporté aucune suite favorable dans les milieux hospitaliers. La présence des médecins se faisait rare hier mardi 05 septembre  dans les hôpitaux publics de la capitale.

Vers 10 heures de l’avant-midi, ceux qui ont apporté leurs malades à l’hôpital générale de référence de Kinshasa (ex- Mama Yemo) n’ont trouvé qu’une vingtaine de médecins. Au pavillon 12, réhabilité grâce à l’appui financier  du gouvernement égyptien, les femmes ayant  accouché sont regroupées avec celles ayant subi une césarienne. Ordinairement, elles sont logées séparément.

Elles sont toutes abandonnées sans aucune visite de médecin. L’une parmi elle a  déclaré n’avoir vu aucun médecin faire le tour de la salle comme avant la grève. Les patients sont tristes dans la majorité des locaux des pavillons de ce grand hôpital de la capitale. Certains d’entre eux se plaignent.

Un malade trouvé juste devant le bureau de la banque du sang au pavillon 10, où le service de transfusion sanguine est placé, a confirmé n’avoir vu aucun docteur, alors qu’il était assis dans ce couloir depuis longtemps. Toujours dans ce même pavillon, au service consacré aux soins respiratoires, le constat était similaire.

Même son de cloche à l’hôpital de référence de Matete (ex- Omeco) où  les médecins n’arrivent  qu’au compte goutte,  comme si la décision de poursuivre la  grève était maintenue. Le gouvernement venait pourtant de signer un accord garantissant aux médecins qu’ils seraient payés à  un taux revalorisé. Les blouses blanches ont pour leur part rassuré  les autorités de suspendre la mesure de grève, tout en appelant leurs collègues à la vigilance.

D’ailleurs, le secrétaire général du SYMECO, Juvénal Muanda, l’a déclaré le lundi 04 septembre dernier, à la radio Top Congo, que les médecins des hôpitaux publics devraient immédiatement après la signature de cet accord, organiser  des assemblées générales dans leurs hôpitaux respectifs pour faire la restitution  à la base et reprendre le service hier mardi 05 septembre, tout en observant la mise en application de l’ accord. Une chose est sûre, les blouses blanches doivent aussi respecter le serment d’Hippocrate dans l’exercice de leur profession et ne pas trop exiger du gouvernement, pendant que les malades continuent à ne pas être soignés.

Par Guylain imbula

Source : 7sur7.cd

Laisser un commentaire