Allégations de corruptions à la CENI : Constant Mutamba (NOGEC) saisit la Cour de Cassation contre Nangaa et Basengezi

0

Le président du regroupement politique Nogec, Me Constant Mutamba Tungunga, vient de saisir le procureur général près la cour de cassation pour qu’il ouvre une information judiciaire à charge de Corneille Nangaa, président de la Ceni, son vice-président Norbert Basengezi et Marcellin Basengezi, fils du vice-président de la Ceni, pour détournement des fonds électoraux.

Cette démarche intervient après que l’Office du contrôle des avoirs étrangers (OFAC), du ministère américain a évoqué de lourdes charges de détournements des fonds destinés à prendre en charge les opérations électorales en RDC.

En effet, dans son communiqué signé le 22 février dernier, le secrétaire d’Etat américain avait indiqué avoir pris des sanctions contre Corneille Nangaa, Norbert Basengezi, Marcellin Basengezi, respectivement président, vice-président et conseiller du président de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) pour leur implication dans une corruption importante, des violations des droits de l’homme, des abus ou une atteinte à la démocratie. 

« En sa qualité de président de la Ceni, Nangaa et d’autres responsables de la Ceni ont détourné des fonds opérationnels de la Ceni et ont pris des mesures qui ont ralenti l’inscription des électeurs, facilitant ainsi le retard des élections. Nangaa a supervisé les responsables de la Ceni en utilisant plusieurs sociétés écrans pour détourner des fonds opérationnels de la Ceni à des fins personnelles et politiques. Nangaa et d’autres responsables de la Ceni se sont enrichis en achetant et en vendant de l’essence aux dépens de la Ceni », détaillait le communiqué.

Des alléguations réfutées par le président de la Ceni en personne : « Je n’ai jamais été associé à une quelconque œuvre de corruption. Avec mes collègues, nous avons agi suivant les orientations de la plénière de la ceni et sous le contrôle de l’assemblée nationale. » 

Pour Me Constant Mutamba Tungunga, « ces accablantes révélations du Trésor américain évoquant des lourdes charges et des faits gravissimes perpétrés par trois compatriotes hauts fonctionnaires de l’Administration électorale de notre pays démontrent scandaleusement les faiblesses de la gestion du cycle électoral en cours et méritent l’ouverture d’une information judiciaire à charges des intéressés ».

Ainsi, le président du Nogec demande explicitement au procureur général près de la cour de cassation d’ouvrir « une enquête en profondeur en vue de faire éclater la vérité afin que les coupables soient exemplairement sanctionnés ».

 A découvrir, in extenso, la teneur de cette correspondance :

Source: http://www.mediacongo.net/

Laisser un commentaire