Aide au développement : l’enveloppe de l’UE au Congo s’élève à 148, 2 milliards de FCFA

0

La somme mobilisée sert au financement de cinquante-cinq projets, entre autres, le renforcement des capacités des très petites et moyennes entreprises, la lutte contre la pauvreté et la préservation des ressources naturelles.

L’ambassadeur de l’Union européenne (UE) en République du Congo, Saskia De Lang, a présidé le 17 mai, à l’Institut français du Congo, un « Forum des projets » visant à passer en revue les actions que mène son institution dans le pays.

« Le but de cette rencontre est de montrer la vitalité de l’aide européenne dans les différents secteurs avec comme but principal la lutte contre la pauvreté. Cet objectif, on peut l’atteindre de différentes manières et dans différents secteurs », a déclaré l’ambassadeur de l’UE.

C’est ainsi que dans le cadre des projets d’aide au développement, l’UE a formé mille personnes à la négociation et au suivi des accords commerciaux, délivré deux mille trois cent cinquante chèques services à mille trois cents entreprises et institutions. Elle a financé à 100%, soit 8,9 milliards de FCFA, l’élaboration du plan national de développement du commerce.

A propos du soutien apporté à la société civile et aux collectivités locales, deux programmes de financement ont été mis en place, pour les aider à améliorer leur quotidien ainsi qu’à promouvoir la démocratie et les droits de l’homme.

S’agissant des projets d’appui à la formation continue des personnels paramédicaux, cinquante-quatre formateurs sont formés et encadrés, ainsi que mille cinq cent dix sages-femmes, infirmiers et laborantins. Ces formations organisées sur seize sites dans les douze départements du pays ont duré un mois, pour un coût total de trois milliards FCFA.

Afin d’achever la route Brazzaville/ Pointe-Noire en 2006, le gouvernement congolais avait également bénéficié d’une enveloppe de 53,9 milliards FCFA de cette institution. Toujours dans le domaine des infrastructures, pour améliorer les conditions de circulation des personnes et des biens, surtout diminuer le coût du transport, l’UE contribue à la planification du secteur et à la gestion de l’entretien du réseau routier.

Les perspectives

Le développement local, l’économie puis le commerce sont les secteurs privilégiés du 11e Fonds européen de développement sur la période 2014-2020, qui vise à assainir les villes en partenariat avec les collectivités locales, diversifier l’économie et améliorer la gouvernance forestière.

Notons qu’au Congo, les forêts naturelles couvrent vingt-deux millions d’hectares dont 44% des concessions forestières aménagées. Pour lutter contre la coupe illégale du bois et son exportation illicite vers le marché européen, l’UE et le Congo ont conclu l’accord de partenariat volontaire pour appliquer des réglementations forestières.

Rappelons que les relations entre le Congo et l’UE s’inscrivent dans le cadre de l’accord de Cotonou, un accord de partenariat entre les pays du groupe ACP (Afrique, caraïbes, pacifique) et les Etats membres de l’UE, signé en  2000 et révisé tous les cinq ans.

Légendes et crédits photo : 

L’ambassadeur de l’UE prononçant son allocution en présence de la ministre des Affaires sociales ( en pagne)

Source : http://www.adiac-congo.com/

Laisser un commentaire