Agriculture : vers l’amélioration des rendements des producteurs du manioc

0

Le manuel de procédures de mise en œuvre des microprojets de transformation et de commercialisation du manioc a été soumis à l’examen et à la validation, le 19 avril lors d’un atelier tenu à Brazzaville. L’objectif est d’apporter un soutien conséquent aux producteurs du manioc afin d’augmenter leurs rendements.  

 

 

«L’ambition du gouvernement est de réduire la vulnérabilité des populations rurales à travers des appuis permettant d’accroître leurs revenus et d’améliorer leurs conditions de vie», a déclaré le conseiller à l’agriculture du ministre en charge du département, Jean Claude Elombila.

S’adressant à l’ouverture de cet atelier, il a précisé qu’un fonds d’investissement de 445.500.000 francs CFA a été mis sur pied pour financer les microprojets de transformation et de commercialisation du manioc. La gestion de ce fonds sera assurée dans le cadre de la mise en œuvre du programme d’appui au développement des filières agricoles (Padef).

Le financement de ces microprojets devrait permettre d’améliorer les conditions de travail des producteurs du manioc, d’augmenter leur productivité et d’améliorer la qualité de leur production.

Elaboré par Mamadou Niang, consultant international, le manuel de procédures soumis à l’examen et à la validation comporte, entre autres, les mécanismes de gestion du fonds.

«Ce manuel revêt une grande importance. Parce que nous avons travaillé depuis le Proder et le Padef n’est qu’une suite. Nous avons intensifié la production du manioc dans dix départements. Les paysans ont augmenté leur production. Mais, il y a un problème lié à la transformation. Nous avons pensé appuyer encore ces paysans à travers une subvention », a indiqué la responsable de programme et du suivi et évaluation du Padef, Virginie Judith Ibarra.    

 Venues des dix départements du Congo, les parties prenantes de la filière agricole présentes à cet atelier ont salué l’initiative du Padef qui leur a permis de se réunir autour du manuel de procédures.

«C’est une initiative louable. Il y a une sorte de révolution qui s’est  effectuée sur le terrain. Nous sommes passés de l’exploitation de 5 à 75 hectares de manioc. Il faut une mécanisation pour mieux récolter, transformer et commercialiser les produits », a signifié Jean Pierre Bitemo, promoteur agricole à Loumou dans le département du Pool.       

 

 

Source : adiac-congo.com

Laisser un commentaire