Agriculture : un financement majeur bientôt disponible

0

Le gouvernement central et les partenaires au développement ont convenu de débloquer rapidement la première tranche d’une enveloppe globale de cinq cents millions de dollars américains en faveur du secteur agricole. Cet argent servira essentiellement à financer des projets bancables sur l’étendue de la République démocratique du Congo (RDC).

Le Programme d’appui à la professionnalisation des producteurs agricoles familiaux organisés en RDC va connaître une accélération sur le terrain au cours des prochains mois. En effet, un accord est intervenu entre le gouvernement central et les partenaires au développement de l’agriculture pour le financement de ce secteur à hauteur de cinq cents millions de dollars américains. Ce financement, dont une première tranche de quare-vingts millions sera débloquée incessamment, servira à financer des projets bancables sur l’ensemble du pays. L’objectif est de faire sortir l’agriculture de type familial de l’ombre et la rendre exportable. Avec une centaine d’années au plus d’exploitation des ressources minières, le pays a grand besoin de jeter les bases de développement d’une industrie agricole viable.       

Selon les indiscrétions du ministère de l’Agriculture, la fragmentation du financement tient compte de la réalité du secteur. Certes, il dispose des potentialités énormes quasi-inexploitées. Toutefois, il faut noter la lourdeur du secteur financier et bancaire à financer des projets. Les quelques banques et institutions financières qui s’y aventurent préfèrent généralement intervenir en aval, lorsque les produits agricoles sont prêts à être écoulés sur le marché, plutôt qu’en amont.

Malgré tout, le gouvernement a résolu d’encaisser ce fonds d’une manière progressive, a affirmé le ministre Alimasi Bilubi. Il a apporté tout l’éclairage sur les contours de ce grand projet directement aux bénéficiaires, lors du deuxième atelier du Comité de pilotage organisé dernièrement à Kinshasa. En outre, l’autorité a confirmé les modifications en cours de la loi agricole pour permettre finalement aux exploitants agricoles de type familial d’avoir des exonérations de l’impôt sur les bénéfices.      

Au fil des années, le secteur agricole n’a pas manqué d’évoluer, même si l’accès au crédit constitue toujours un handicap majeur pour de nombreux agriculteurs. Il y a eu, par exemple, un effort pour identifier les différents acteurs du secteur. Le ministère de l’Agriculture a mis sur pied un annuaire qui reprend les noms des agriculteurs, territoire par territoire. Le document indique également leur emplacement géographique et la possibilité d’évacuation des produits. Avec ce précieux outil, il est possible d’aider les agriculteurs à accéder aux crédits avec des meilleures conditions et en toute transparence.

En dehors du domaine financier, le développement de l’agriculture devra tenir compte d’autres exigences. En bonne place, l’on cite, entre autres, un meilleur accès à la terre et aux intrants agricoles. Il est également question d’une bonne gestion post-récolte (éviter les pertes), d’une bonne qualité des terres (arables et fertiles) et d’une bonne gouvernance dans le domaine agricole. D’où l’appel à la poursuite de la réforme du secteur pour faire de la RDC le prochain miracle agricole en Afrique.        

Source : http://www.adiac-congo.com/

Laisser un commentaire