Afrique centrale : Jean-Claude Gakosso salue le retour progressif à la stabilité dans la sous-région

0

Intervenant le 28 septembre, à New-York, à la tribune des Nations unies, à l’occasion de la 73e Assemblée générale, le ministre congolais des Affaires étrangères, de la coopération et des Congolais de l’étranger a loué la décision du président de la République démocratique du Congo (RDC), Joseph Kabila, de ne pas postuler à sa propre succession.

 Inquiet en revanche de la recrudescence de la violence armée en République centrafricaine, le patron de la diplomatie congolaise a appelé les groupes rebelles à intégrer le processus de paix conduit par le président Faustin Archange Touadéra, avec l’appui du Panel de l’Initiative africaine et le soutien des autres entités facilitatrices. 

Par ailleurs, Jean-Claude Gakosso a constaté que « le monde était entré dans une nouvelle période d’incertitudes et de turpitudes ».  S’insurgeant contre la crise migratoire et « ces milliers de vies humaines, souvent jeunes, englouties dans les profondeurs de la Méditerranée » et le « sort tragique d’un continent qui se dépeuple », il a exhorté la communauté internationale à agir.

Indiquant qu’« œuvrer à la construction et la préservation de la paix dans le monde était une exigence morale », le ministre  congolais des Affaires étrangères a assuré que c’est cette exigence morale qui guidait l’action du gouvernement de son pays.

Dans cette optique, a indiqué Jean-Claude Gakosso, le Congo, en assurant de front la présidence de la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs et celle du Mécanisme régional de suivi de l’Accord-cadre d’Addis-Abeba, est quasiment devenu « le siège de la palabre africaine ».

En outre, il s’est félicité des évolutions survenues en RDC, pays voisin appelé à choisir de nouveaux dirigeants d’ici à la fin de l’année.  Le ministre des Affaires étrangères, de la coopération et des Congolais de l’étranger a félicité la décision du président Joseph Kabila de ne pas postuler à sa propre succession et invité « toutes les parties et tous les acteurs à consolider le dialogue, à privilégier la concertation et à prôner la pondération ».

En ce qui concerne la situation intérieure, il a rappelé la signature, le 23 décembre 2017 à Kinkala, de l’accord de   cessez-le-feu et de cessation des hostilités entre le gouvernement et les représentants de Frédéric Bintsamou alias pasteur Ntoumi ; ainsi que le retour progressif à la paix dans le département du Pool.

Ainsi, Jean-Claude Gakosso s’est réjoui de l’accompagnement des Nations unies, notamment « dans la mise en place rapide du financement du programme de désarmement, démobilisation et réinsertion des anciens combattants ».

Concernant la préservation de l’environnement, le ministre congolais a réitéré son soutien à l’Accord de Paris et appelé « mécènes et donateurs, philanthropes et amis de la nature » à soutenir financièrement son pays pour protéger les forêts du bassin du Congo.

 

Légendes et crédits photo : 

Le ministre Jean-Claude Gakosso délivrant son discours à l’ONU

Source : http://www.adiac-congo.com/

Laisser un commentaire