Affaire Thambwe Mwamba: Le M17 recommande au chef de l’Etat d’exiger la démission du ministre de la Justice

0

Le Mouvement du 17 mai (M17) recommande au chef de l’Etat, Joseph Kabila, d’exiger la démission du ministre de la Justice, Alexis Thambwe Mwamba, du gouvernement afin de ne pas entraver les investigations de la justice belge.

Le président de ce parti, Augustin Kikukama, a fait cette recommandation, dimanche 9 juillet, au cours d’une conférence de presse à Kinshasa.

Il a expliqué que l’appel du M17 est lié à la plainte que la justice belge a déposée, depuis deux semaines à Bruxelles, contre Thambwe Mwamba.

Démissionner pour l’intérêt supérieur de la Nation

Augustin Kikukama a également fait remarquer qu’il y a une jurisprudence en la matière avec d’autres membres du gouvernement qui avaient été poussés à la démission après avoir été cités dans le rapport de panel de l’ONU sur les pillages des ressources naturelles de la RDC.

« Je pense que le président de la République l’a déjà fait lors de la publication des rapports des experts des panels. Toutes les personnalités congolaises de la composante Gouvernement de l’époque, qui avaient été citées ont dû démissionner. De la même manière qu’aujourd’hui. Les faits qu’on reproche au ministre Thambwe sont des faits avérés », a-t-il dit.

Pour le président du M17, le ministre de la Justice devait démissionner « pour des raisons d’intérêt supérieur de notre pays ».

Pour sa part, le directeur de cabinet du ministre Alexis Thambwe Mwamba n’a pas souhaité commenter la requête du M 17.

La justice belge instruit  la plainte de plusieurs familles des victimes du crash d’un avion provoqué en 1998 par la rébellion du RCD, qui affrontait alors dans l’est du pays, les troupes gouvernementales.

Un Boeing 727 de la compagnie privée Congo Airlines avait été abattu près de Kindu avec 50 personnes à bord. A l’époque des faits, Alexis Thambwe Mwamba était un des leaders de la rébellion du RCD et c’est lui qui, au nom de la rébellion, avait revendiqué l’attentat.

Malgré cette enquête en cours, le ministre de la Justice était rentré au pays en homme libre fin juin dernier, après avoir séjourné en Belgique et en Suisse pour défendre la position du gouvernement congolais relative à une enquête internationale sur le drame du Kasaï lors de la 35e session du Conseil des droits de l’homme des Nations unies.

Source : Media Congo

Laisser un commentaire