Affaire BGFI Bank: Jean-Jacques Lumumba et Guylain Luwere portent plainte en France

0

Deux lanceurs d’alerte congolais ont assigné devant la justice française la filiale d’une banque gabonaise en République démocratique du Congo dirigée par un proche de l’ex-président Joseph Kabila, ont indiqué mercredi les ONG qui les soutiennent.

Réfugiés en France, Jean-Jacques Lumumba et Guylain Luwere sont deux ex-cadres de la filiale congolaise de la BGFI Bank, dirigée jusqu’en mai par un « frère » (cousin ou ami très proche) de M. Kabila.

« Les deux banquiers avaient signalé à leurs supérieurs des détournements de fonds publics et l’existence de comptes liés au financement du terrorisme. Après avoir subi des représailles, ils ont été forcés de s’exiler avec leurs familles », indique un communiqué reproduit sur la « plate-forme de protection des lanceurs d’alerte en Afrique ».

« Les lanceurs d’alerte poursuivent la BGFI en réparation de tous les préjudices subis du fait du comportement de la banque », précise le communiqué.

Petit neveu du héros de l’indépendance Patrice Lumumba, « Jean-Jacques Lumumba découvre l’existence de plusieurs transactions suspectes de dizaines de millions de dollars entre la BGFIBank RDC et des sociétés, elles aussi contrôlées par des proches de l’ex-président ».

« Quelques mois plus tard, Lumumba alerte en interne ses supérieurs. Menacé avec une arme à feu par le directeur général de la banque et craignant pour sa vie, Lumumba quitte son pays avec sa famille », selon le communiqué

Guylain Luwere a prévenu « la banque de l’existence d’importants dépôts bancaires appartenant à des sociétés liées à un réseau d’entreprises sanctionné par le Trésor américain pour financement du terrorisme ».

« D’abord menacé par divers membres de sa hiérarchie, il est ensuite agressé physiquement avec sa femme dans la rue ».

Les deux hommes sont défendus par l’avocat parisien William Bourdon, très impliqué contre les « biens mal acquis » (achat en France de biens immobiliers par des dirigeants africains soupçonnés de détournement de fonds publics).

L’ex-président Kabila a confirmé que la filiale BGFI à Kinshasa a été dirigée jusqu’en mai 2018 par son « frère » Francis Selemani Mtwale, dans un entretien juste avant de quitter le pouvoir le 24 janvier.

Mais il a nié qu' »un seul secteur clé de l’économie congolaise soit sous l’emprise d’un membre de ma famille » dans cet entretien à l’hebdomadaire Jeune Afrique.

« Le fond de tout cela est qu’en réalité, depuis 2016, on cherche à m’abattre par tous les moyens », avait-il dit sur ces accusations récurrentes de conflit d’intérêt.

Source: http://www.mediacongo.net/

Laisser un commentaire