Adoption du nouveau PND : grand oral du Premier ministre devant les députés mardi prochain

0

Le chef du gouvernement, Clément Mouamba, va défendre le nouvel instrument politique de développement 2018-2022, le 7 août à l’Assemblée nationale.

Le document politique qu’ira défendre le Premier ministre, accompagné de son gouvernement, comporte deux axes stratégiques prioritaires que sont la réforme du système éducatif et la diversification de l’économie nationale. Ce texte a été enrichi puis approuvé à l’issue du récent Conseil des ministres.

L’approche participative qui a été privilégiée tout au long du processus d’élaboration du Plan national de développement (PND), à travers l’organisation des discussions en groupes thématiques à Brazzaville et Dolisie, constitue l’un des points forts du document sujet du grand oral. Ces différents échanges ont, en effet, connu une « forte » mobilisation des parties prenantes dont les parlementaires, le secteur privé, la société civile et les partenaires au développement, y compris le gouvernement.  

S’ajoutent les six outils techniques qui confortent le nouvel instrument politique : le cadre stratégique de développement ; le programme pluriannuel des actions prioritaires ; le document-cadre de politiques et de programmation macroéconomique et budgétaire à moyen terme ; le document de programme pluriannuel d’investissements publics ; le document-cadre de suivi et évaluation ainsi que le guide de procédures de mise en œuvre du PND.

Par contre, les membres du gouvernement devront faire de gros efforts pour convaincre les élus du peuple sur la garantie de la mise en œuvre de ce programme quinquennal. Une mise en œuvre qui nécessitera non seulement des moyens humains mais surtout la mobilisation des moyens financiers de la part du gouvernement et de ses partenaires traditionnels.

Notons que le premier axe prioritaire concerne la réforme en profondeur de l’enseignement de base; l’enseignement secondaire ; l’enseignement supérieur ; la recherche   scientifique et innovations technologiques ; l’enseignement technique, professionnel et formation qualifiante.

Quant au processus de diversification de l’économie congolaise, le second axe stratégique prioritaire, il s’agira d’investir pour les cinq ans à venir dans l’agriculture, le secteur du tourisme et l’industrie. « Ce PND est un dispositif supplémentaire de bonne gouvernance économique, sociale et environnementale au service de l’action gouvernementale ; en plus, il représente un instrument de contrôle de l’action gouvernementale par le parlement, disposant d’indicateurs de suivi et d’évaluation des progrès réalisés », déclarait la ministre du Plan, de la statistique et de l’intégration régionale, Ingrid Ebouka-Babackas.

       

Légendes et crédits photo : 

Clément Mouamba

Source : http://www.adiac-congo.com/

Laisser un commentaire