Action humanitaire : le Congo préoccupé par la surveillance des inondations

0

Les ministères dont les activités peuvent être influencées par les inondations ont amorcé des échanges avec des partenaires sur le système ‘’Cloud to street’’, une technologie permettant de prémunir la population des désastres liés à ces catostrophes.

Le Congo n’a pas encore adopté le système ‘’Cloud to street’’, néanmoins, il s’est mis en route pour y parvenir. De par sa vocation, le ministère des Affaires sociales et de l’action humanitaire est visiblement le premier concerné par ce dispositif de surveillance des inondations en temps quasi réel, car la prise en charge des catastrophes y relatives lui incombe. Lors de la rencontre, tenue récemment au siège même de ce ministère, le directeur exécutif des produits et des sciences chez « Cloud to street » (structure ayant mis en place ce système de surveillance qui porte le même nom), Jeff Ho, a présenté l’intérêt de cette technologie météorologique à même de sauver des vies menacées par les désastres liés aux eaux de pluie.

En cas d’inondations, le ‘’Cloud to street’’ a la capacité de fournir rapidement l’information à la population pour la mettre à l’abri puisque le système facilite en même temps la planification des interventions d’urgence en pareille circonstance. La prise de décision pour déterminer le type de secours sur le terrain est ainsi facilitée après la localisation des personnes et des biens affectés ou en danger.

Les échanges engagés entre le Congo et ses partenaires en matière de surveillance des inondations sont une bonne nouvelle pour la population même s’il faut faire preuve de patience jusqu’à l’aboutissement du projet. Chaque année, en effet, des milliers de Congolais sont victimes des affres des inondations. Des habitations noyées ou dévastées laissant au passage des sans-abris, des cas de noyade, etc., sont des dégâts qui mettent des citoyens désemparés en situation difficile.

Les secteurs de l’agriculture, de l’élevage et bien d’autres ne sont pas épargnés, la problématique étant transversale en ces temps de graves bouleversements climatiques. C’est, d’ailleurs, pour cela que le Programme alimentaire mondial, au Congo, a jugé utile de faire venir le « Cloud to street » dans le pays afin d’appuyer le gouvernement dans la prévention des risques liés aux inondations.

Dans le monde, plus de deux cent cinquante millions de personnes sont touchées par des inondations. La cartographie de celles-ci est cependant inaccessible aux communautés les plus vulnérables, qui manquent souvent d’informations nécessaires pour se préparer et faire face aux inondations dévastatrices. L’intérêt pour le Congo d’adopter le ‘’Cloud to street’’ obéit à la nécessité de répondre aux besoins de la population.  

Légendes et crédits photo : 

Photo 1 : Une avenue inondée à Pointe-Noire
Photo 2 : Des véhicules noyés à Pointe-Noire

Source : http://www.adiac-congo.com/

Laisser un commentaire