ACP : « Nomination des ambassadeurs extraordinaires et pénitentiaires de la RDC »

0

Revue de presse congolaise du mardi 15 mai 2018.

Le président de la République, Joseph Kabila Kabange, a signé lundi 14 mai à Kinshasa, une série d’ordonnances portant nomination des ambassadeurs extraordinaires et plénipotentiaires de la RDC dans certains pays amis de la RDC, annonce l’Agence congolaise de presse (ACP).

Aux termes de ces ordonnances, poursuit ce média officiel, MM Didier Kazadi Nyembwe et Fidèle Kakase Sambasi sont respectivement nommés ambassadeurs de la RDC en Angola et en Italie.

Le président Joseph Kabila a signé deux autres ordonnances le même jour, portant nomination des membres de la Cour constitutionnelle, du gouverneur et du vice-gouverneur de la Banque centrale du Congo (BCC), renchérit Forum des As.

Pour ce quotidien, Norbert Nkulu Kilombo, Jean Ubulu Pungu et François Bokona Wipa ont été nommés membres de la Cour constitutionnelle. Les trois nouveaux juges viennent ainsi combler les sièges à pourvoir au sein de la Haute Cour, après le décès dimanche 8 avril dernier de Kalonda Kele Oma Yvon, et la démission de Jean-Louis Esambo et Banyaku Luape, un jour après la mort de leur collègue.

Capsud.net pense que la constitution de la République a été violée à ce sujet. Dans son analyse, le média se remémore du décès d’un membre de la Haute Cour, il y a un peu plus d’un mois et de deux autres qui ont démissionné par la suite. Depuis lors, une controverse s’était ensuite installée pour le remplacement de ces trois membres comme le prévoit la constitution. Car, la cour constituée il y a trois ans devrait connaitre son premier renouvellement. Et ce, après un tirage au sort devant désigner les juges à retirer.

Annoncé pour le lundi 9 avril 2018, ce tirage au sort n’a jamais eu lieu. En lieu et place de cette procédure constitutionnelle, on assiste à la nomination des trois autres membres, se désole Capsud.net.

Concernant la Banque centrale du Congo (BCC), Zoom-eco.net indique que le chef de l’Etat, Joseph Kabila Kabange a reconduit le gouverneur de la BCC, Deogracias Mutombo pour un nouveau mandat de cinq ans. Il sera secondé de Jules Bondombe Asango, nommé vice-gouverneur.

Dans sa livraison du dimanche 13 mai, ce média en ligne annonçait, que l’actuel gouverneur était en ordre utile pour être reconduit à son poste pour un mandat de cinq ans.

Des manifestations à l’ISTA

Des étudiants de l’Institut supérieur des techniques appliquées(ISTA/Ndolo) ont encore manifesté le lundi 14 mai 2018 aux abords de leur site universitaire, fait observer Times.cd. Ces étudiants ont incendié des pneus sur la chaussée. Ils ont aussi barricadé des routes.

La principale revendication des « Mushetumen » [appellation des étudiants de cet établissement universitaire], demeure la révision à la baisse des prix du transport public. Les étudiants ont catégoriquement rejeté la double proposition du gouverneur de la ville de Kinshasa, André Kimbuta et celle du ministre de l’ESU, Steve Mbikayi, de produire des cartes d’étudiant spécialement pour eux, afin que leur soit appliqué l’ancien tarif de 500 francs congolais, explique le média, qui dit avoir récolté quelques témoignages sur le campus.

Actualité.cd, pour sa part, donne le bilan de ces manifestations : 14 jeunes interpellés et 7 machettes saisies, selon la police.

« Ils passeront la nuit au commissariat. Ils doivent prouver qu’ils sont étudiants parce que nous avons saisi sept machettes pendant l’interpellation », a dit le général Sylvano Kasongo, chef de la police à Kinshasa.

Controverse sur la liste de partis politiques

599 partis et 77 regroupements politiques sont autorisés à fonctionner en République démocratique du Congo. Comme on s’y attendait, la Majorité Présidentielle, famille politique de ce membre du gouvernement, a sanctionné l’Opposition radicale, commente Le Phare.

Pour ce média, l’opposition radicale représentée par Félix Tshisekedi, Moïse Katumbi, Pierre Lumbi, Gabriel Kyungu, Gilbert Kiakwama, Martin Fayulu, Delly Sesanga, Olivier Kamitatu, José Endundo, Christophe Lutundula, Franck Diongo, Jean Claude Muyambo, Eugène Diomi, Yezu Kitenge et autres Mwenze Kongolo… est particulièrement diabolisée pour avoir refusé d’adhérer au schéma de la violation de l’Accord du 31 décembre 2016.

C’est le règne de l’arbitraire, renchérit Le Potentiel, qui pense que c’est une liste qui traduit sur toute la ligne les visées politiques de la MP soucieuse de semer la zizanie au sein de la classe politique pour atteindre ses objectifs. Le souhait de la décrispation par la fin du dédoublement des partis politiques, tel que repris dans l’Accord du 31 décembre 2016 a été superbement ignoré.

En réalité, Bruno Tshibala, le Premier ministre, et la majorité au pouvoir, ont réussi à prendre le CNSA et son président à contrepied, commente le tabloïd, qui ajoute que Tshibala et la MP ont assené un coup à Olenghankoy, qui ne manquera pas d’influer négativement sur sa stature de président du CNSA. La liste du 30 avril 2018 est la preuve que, dans les rangs du pouvoir, le CNSA n’est qu’une coquille vide, sans poids évident sur l’échiquier politique national.

« Avec cette liste, c’est la MP qui est parvenue à dicter sa loi. Qu’importe ! C’est elle le pouvoir, c’est elle la justice, c’est elle le dernier recours, c’est elle qui reflète la volonté de Dieu le Père. La MP n’a cure des recommandations du CNSA et de la justice, lesquels sont obligés de faire profil bas. La loi du plus fort, incarnée par la MP, a triomphé, consacrant sans contestée règne de l’arbitraire », conclut le journal.
 

Source: http://www.radiookapi.net/

Laisser un commentaire