Accusé d’être impliqué dans une affaire de viol, le vice-ministre du Travail évoque une « incompréhension »

0

Alors qu’il séjourne en mission officielle aux États-Unis d’Amérique, le vice-ministre congolais du Travail, Athys Kabongo se trouve impliqué, à tort ou à raison, dans une affaire de viol relayée par certains médias américains. Il est accusé d’avoir tenté de violer une femme dans un taxi. Faits que le concerné réfute. Les faits se seraient déroulés le jeudi 4 aout 2018.

Contactés à ce sujet, le vice-ministre du Travail à travers ses services, parle d’un « incident bizarre ».

« Alors que mon jeune frère qui m’aide pour ma mobilité a appelé un taxi Uber pour rentrer à l’hôtel, nous avons trouvé deux autres passagers à bord qui étaient toutes les deux femmes, et une d’elle a commencé à agresser mon jeune frère en anglais jusqu’à l’accuser de l’avoir touché à la cuisse en entrant dans le taxi. Elle a même appelé la police qui est arrivé sur le lieu et voulait arrêter mon jeune frère.

C’est ainsi que je me suis présenté auprès de la police en ma qualité de membre d’un gouvernement, en mission officielle, pour leur dire que le taxi m’était destiné et que personne n’a touché à la femme. Nous sommes repartis sans problème.

Je ne sais pas comment ces informations se retrouvent maintenant dans la presse. C’était juste une petite incompréhension de 10 à 15 minutes et tout le monde est reparti de son côté », a expliqué Athys Kabongo.

« Il a mis sa main sous ma jupe »

Toutefois, selon la version de la victime, une femme de 30 ans dont le nom n’a pas été révélé par le New York Post, c’est le vice-ministre congolais du Travail qui aurait tenté d’abuser d’elle en glissant sa main entre ses jambes et l’aurait touché dans ses parties intimes lors de ce covoiturage.

« J’ai des témoins qui peuvent démontrer qu’il a mis sa main sous ma jupe », a déclaré la victime. « Il m’a harcelé et je pense qu’il devrait payer pour cela », aurait-elle rajouté.

Et d’après le journal new-yorkais, s’il n’y a pas eu d’arrestation c’est en raison de l’immunité diplomatique invoquée par Athys Kabongo lorsque des policiers ont tenté de l’amener pour un interrogatoire.

« Les Etats-Unis octroient-ils aux diplomates l’immunité de venir ici et de toucher les gens de manière inappropriée ? Je ne comprends pas », se serait indignée la jeune femme lors de son interview.

Source: http://www.mediacongo.net/

Laisser un commentaire