2e salon de l’artisanat : les handicapés sont aussi de la partie

0

Line Brigitte Mikounga et Albertine Miakayizila, deux femmes à mobilité réduite, spécialistes du macramé (art du fil) et membres de la coopérative La Grâce, n’ont pas voulu rester en marge de l’événement. Elles exposent leurs produits à ce rendez-vous qui se tient à la côte sauvage.



Normal
0


21


false
false
false

FR
X-NONE
X-NONE
























2e salon de l’artisanat : les handicapés sont aussi de la partie

Lancé le 15 janvier dernier, le deuxème salonde l’artisanat va se poursuivre jusqu’au 23 février. Sacs, paniers, pots de fleurs, porte-clés, housses et autres, aux belles couleurs bien agencées, sont les produits que Line Brigitte Mikounga et Albertine Miakayizila, mères de famille, proposent. Assidues et motivées, elles répondent tous les jours au rendez-vous avec les visiteurs qu’elles reçoivent avec sourire. D’après Line Brigitte Mikounga, c’est pour être autonomes et s’assumer qu’elles ont décidé d’apprendre le macramé, l’art du fil. Elles ont ainsi bénéficié d’une formation gratuite, il y a trois ans.

Depuis, les deux femmes, qui sont aussi membres de la coopérative La grâce, exercent leur métier. Ce qui leur permet de subvenir à leurs besoins et de ne pas dépendre des autres comme le sont encore certains concitoyens handicapés. «J’invite les frères et sœurs handicapés désœuvrés à apprendre un métier pour être autonome et à arrêter de faire le mendiant car cela ne les honore pas. Ils doivent chercher à être honorés et appréciés à travers leur métier», conseille Line Brigitte Mikounga.

Compte tenu de la crise économique et financière qui frappe le pays, les visites et les achats se font timidement sauf le week-end où les visiteurs affluent. Mais pour Les deux femmes, le plus important, c’est d’avoir un lieu où s’exprimer, présenter leurs produits et se faire connaître. «Les temps sont difficiles nous le savons, mais les choses vont s’arranger et tout marchera», confie Albertine Miakayizila, très optimiste. Brigitte Mikounga a, pour sa part, appelé les Ponténégrins à visiter le salon et à consommer les produits locaux qui, selon elles, sont de meilleure qualité : «Les produits que nous proposons sont durables. Ce sont des produits qui gardent leur éclat et leur état des années suivantes », lance-t-elle avec assurance.

Notons que le deuxième salon de l’artisanat est organisé par le Groupement interprofessionnel des artisans du Congo, en collaboration avec le ministère des Petites et moyennes entreprises, de l’artisanat et du secteur informel, de la mairie et la Chambre de commerce de Pointe-Noire. L’activité entre dans le cadre du projet d’appui au secteur artisanal financé par l’Union européenne et bénéficie de l’appui technique du Groupe de recherche d’échange technologique.

Légendes et crédits photo : 

-Line Brigitte Mikounga, à gauche, et Albertine Miakayizila, à droite, dans leur stand au 2e salon de l’artisanat/ crédit photo Adiac

Source : adiac-congo.com

Laisser un commentaire