Santé publique : des progrès enregistrés dans la lutte contre les maladies tropicales | Congo Actuel

Santé publique : des progrès enregistrés dans la lutte contre les maladies tropicales

Le 4e rapport de l’Organisation mondiale de la santé rendu public, le mercredi 19 avril, fait état des « progrès sans précédent » accomplis ces dernières années dans la lutte contre les maladies tropicales rares, acffectant plus de 1 milliard de personnes dans le monde.

Ces maladies rares, appelées aussi maladies tropicales négligées (MTN), sont au nombre de 19. Parmi lesquelles figurent: la trypanosomiase (maladie du sommeil); la filariose lymphatique (éléphantiasis); l’onchocercose (appelée aussi cécité des rivières); le trachome; la schistosomiase et la rage. Celles-ci se contactent là où l’eau est insalubre, et où les conditions hygiéniques et d’assainissement sont insuffisantes.  

Le rapport 2017 de l’OMS relève que, pour la seule année 2015, un milliard de personnes ont été traitées pour au moins une de ses maladies. En ce qui concerne la filariose, le texte indique que 556 millions de personnes ont eu un traitement préventif contre cette infection transmise par des moustiques, qui provoque un gonflement anormal des membres et des organes génitaux.

Le document signale également que 62% des personnes touchées par l’onchocercose ont été traitées, ce qui représente plus de 114 millions de personnes. Cette maladie provoque un prurit sévère et des légions oculaires, qui aboutissent à une déficience visuelle puis à une cécité définitive.

S’agissant de la trypanosomiase africaine, le nombre de cas n’a été que de 3000 en 2015, un chiffre bien éloigné des 37 000 nouveaux cas enregistrés pour la seule année 1999. Cette maladie est mortelle pratiquement à 100% en l’absence d’un diagnostic et d’un traitement rapide.

Quant au trachome, principale cause infectieuse de cécité dans le monde, l’OMS note que 185 000 personnes ont été opérées de cette maladie et plus de 56 millions ont reçu des antibiotiques rien qu’en 2015. Cette maladie ne fait plus partie des problèmes de santé publique dans trois pays, soit le sultanat d’Oman, le Maroc et le Mexique, se félicite l’OMS. En ce qui concerne la rage, les experts de l’OMS affirment qu’il n’y a eu que 12 décès humains dus à cette infection en 2015.  

Le rapport réserve, par ailleurs, quelque colonnes à la schistosomiase, une maladie qui fait des 280 000 morts par année rien qu’en Afrique. La schistosomiase est une maladie tropicale mortelle causée par un ver vivant dans de l’eau douce.

« L’OMS a observé des progrès records pour faire plier d’anciens fléaux comme la maladie du sommeil ou l’éléphantiasis », a commenté le Dr Margaret Chan, directrice générale de l’OMS. « Ces dix dernières années, des millions de personnes ont échappé au handicap et à la pauvreté, grâce à l’un des partenariats mondiaux les plus efficaces de la santé publique moderne », a-t-elle ajouté.

De son côté, Bill Gates, co-fondateur de Microsoft et grand donateur en faveur de la lutte contre les maladies tropicales, a déclaré à Genève, que « beaucoup de choses ont pu être assemblées (…) c’est vraiment une histoire de progrès magnifique ».

« Les MTN sont des maladies liées à la pauvreté », a rappelé le Dr Dirk Engels, directeur du département de lutte contre ces maladies à l’OMS. « Ce sont des pauvres vivant dans des zones isolées, rurales, bidonvilles ou des zones de conflit », qui sont les plus exposés à ces maladies », a-t-il précisé.

Notons que parallèlement à la publication du rapport 2017 de l’OMS, se tient du 19 au 22 avril, à Genève, en Suisse, le Sommet sur des maladies tropicales négligées. Les experts réunis dans le cadre de ces assises vont faire le point sur une dizaine de MTN. Prennent part à cette rencontre, des donateurs et des représentants de l’industrie pharmaceutique.        


Source : adiac-congo.com

Catégorie: 
Source: 
adiac-congo.com
x